Les langues vivantes sont à l’honneur !

Éducation

Luc Chatel s’est rendu au salon Expolangues, à Paris, le 2 février 2011, dont la vocation est de promouvoir l’apprentissage des langues, de défendre le plurilinguisme et d’encourager les échanges internationaux. À cette occasion, le ministre s’est livré à deux annonces importantes concernant l’anglais et l’arabe.

La langue arabe à l’honneur en 2011

Mettant en exergue l’importance que revêt l’arabe dans un cadre de mondialisation, le ministre de l’Éducation nationale souhaite valoriser davantage cette langue auprès de tous les publics d’élèves. Pour lui, cet enseignement ne doit pas rester cantonné aux élèves issus de l’immigration. Ainsi, quatre nouvelles sections internationales (contre deux aujourd’hui) et trois nouvelles sections de langues orientales en arabe (contre cinq aujourd’hui) seront ouvertes à la rentrée prochaine. Elles seront implantées dans les académies de Lyon, Marseille, Versailles et Montpellier.

  • Les sections internationales

Elles sont accueillies dans les écoles, les collèges et les lycées généraux. Elles visent à faciliter l’insertion d’élèves étrangers et à créer, grâce à leur présence, un cadre propice à l’apprentissage par les élèves français d’une langue vivante étrangère à un haut niveau.

  • Les sections de langues orientales

Elles sont accueillies dans des collèges ainsi que des lycées généraux, technologiques et professionnels. Elles cherchent à favoriser l’ouverture internationale des établissements français.

De l’anglais dès la maternelle ?

C’est ce qu’envisage sérieusement Luc Chatel. Déjà évoquée il y a dix jours, cette mesure a été reprise par le ministre lors de sa visite d’Expolangues. Nouveauté : il a évoqué l’idée de faire appel aux professeurs de langue de collège et lycée pour faire de la sensibilisation.

Un comité chargé de réfléchir au nouvel apprentissage des langues devrait être installé dans les prochains jours et proposer des solutions innovantes. Il sera aussi mandaté pour réfléchir à la place de la conversation, de la communication dans l’enseignement des langues ou encore à la répartition du nombre d’heures de langues tout au long de la scolarité d’un élève. Selon le ministre, la répartition est aujourd’hui « peut-être trop figée, uniforme ».

Il a, par ailleurs, ajouté qu’il lançait un appel d’offres afin que les enseignants disposent d’un panel de méthodes et d’un kit pour pratiquer cette sensibilisation avec de jeunes élèves.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum