Quel traitement de la Résistance à l’École ?

Éducation

Deux textes parus au BO du 8 mai font le point sur la manière dont peut être célébrée la Résistance. Les collèges et lycées sont invités à s’y associer. Une Journée nationale est prévue le 27 mai. Un concours national de la Résistance et de la Déportation est également organisé.

La Journée nationale de la Résistance

Le choix de la date du 27 mai renvoie à la première réunion du Conseil national de la Résistance (CNR), présidée par Jean Moulin, qui s’est déroulée le 27 mai 1943. Cette date s’est avérée décisive car elle aura permis de fédérer entre eux les représentants des principaux mouvements de résistance français, les principaux partis politiques et syndicats de l’époque.

Le programme politique mis en œuvre après la Libération a posé les fondements de notre modèle social actuel et a, par ailleurs, inspiré la rédaction du préambule de la Constitution de la IVe République, qui fait partie des textes fondamentaux de notre droit actuel. Le texte ministériel insiste sur le fait que « rappeler aux jeunes générations l’engagement des hommes et des femmes qui se sont levés contre l’occupant nazi et le régime collaborationniste de Vichy revêt une importance particulière ».

Les EPLE pourront recourir au référent « mémoire et citoyenneté » académique, chargé de coordonner et de suivre les actions menées par les établissements scolaires. Par ailleurs, une page dédiée à cette journée est consultable sur le site d’Éduscol.

Le Concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD)

Créé officiellement en 1961 par Lucien Paye, ministre de l’Éducation nationale, il a pour objectif de « perpétuer chez les jeunes Français la mémoire de la Résistance et de la Déportation afin de leur permettre de s’en inspirer en s’appuyant sur les leçons historiques et civiques que leur apporte l’École ». Cette année, le thème est « La libération des camps nazis, le retour des déportés et la découverte de l’univers concentrationnaire ». Les élèves des établissements publics et privés sous contrat, en classe de 3e et dans toutes les classes de lycée, sont concernés par ce concours. La participation, selon les catégories, peut prendre diverses formes : réalisation d’un devoir individuel en classe, réalisation d’un travail collectif qui peut être un mémoire ou un outil audiovisuel (film, documentaire sonore).

Il revient aux chefs d’établissement d’inscrire leurs candidats auprès de la DSDEN de leur département ou du rectorat ou vice-rectorat pour l’Outre-Mer. La date des épreuves du Concours national de la Résistance et de la Déportation a été fixée au vendredi 20 mars 2015, pour les devoirs individuels, dans l’ensemble des établissements en France et à l’étranger.

Textes de référence :

Pour en savoir plus :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum