Quelle évaluation de l’ESEN ?

Éducation

Un rapport de l’Igen et IGAENR « Évaluation de l’École supérieure de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche » invite à réformer cette école…

L’École supérieure de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche « mérite aujourd’hui d’être mieux connue et a besoin d’être reconnue comme pilote et comme expert auprès des académies et des universités ». L’ESEN est « un outil de grande qualité, aux savoir-faire incontestables, aux personnels compétents et motivés ».

Quels sont les constats de ce rapport ?

Plusieurs points d’amélioration ont été ainsi identifiés :

  • des missions mal définies ;
  • un pilotage ministériel peu efficace. Les IG évoquent une « contractualisation inexistante avec l’administration centrale » ;
  • une structure juridiquement fragile ;
  • les changements permanents ont laissé des traces : modification de ses statuts, transformation du contenu des formations statutaires… ;
  • des formations non validées.

Quelle analyse en tirer ?

L’ESEN devrait « recevoir des objectifs précis, validés par un véritable conseil d’orientation, connus de tous ses personnels et lisibles par l’ensemble de la communauté éducative et des partenaires extérieurs, avec lesquels elle pourra formaliser des relations d’échanges et constituer un réseau innovant et ouvert sur l’international ». Le rapport suggère la piste d’une transformation de l’ESEN en établissement public afin de donner davantage d’autonomie à la structure et « d’insuffler une nouvelle dynamique ». Cela aurait aussi l’avantage d’être plus visible et lisible vis-à-vis de l’extérieur, donc de faciliter les partenariats et les échanges.

Quelles sont les recommandations émises ?

Le rapport propose de :

  • renforcer le pilotage notamment via la mise en place d’un « référent identifié » au MEN et au MESR et le renforcement du rôle du conseil d’orientation ;
  • renforcer les partenariats avec le Cned, le CNDP et l’IFÉ ;
  • revoir l’organisation de l’ESEN ;
  • « conforter le rôle de l’ESEN comme expert et pilote pour les plans de formation statutaire des académies » ;
  • individualiser les parcours ;
  • élaborer une véritable politique de communication ;
  • renforcer les missions du contrôle de gestion ;
  • affirmer de façon plus nette la présence de l’école au sein du réseau des écoles du service public ;
  • construire une politique de relations internationales ;
  • développer « de manière raisonnée » l’hybridation des parcours.

Pour en savoir plus :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum