Quelle France dans dix ans ? Zoom sur l’éducation (1/2)

Éducation

Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (France Stratégie) a identifié dans un document « Quelle France dans dix ans ? » les grandes questions qui se posent à la France à cet horizon. (1/2)

À partir d’échanges avec les partenaires sociaux et la société civile, mais aussi sur la base de ses propres travaux, France Stratégie a élaboré une analyse des enjeux essentiels auxquels la société française doit répondre et de leurs implications, et avance pour les dix années à venir une série d’orientations prioritaires. L’éducation n’est pas oubliée. Examinons d’abord les constats auxquels procède France Stratégie.

Quelques chiffres

En 2012, le taux d’échec scolaire est passé, en dix ans, de 15 % à 20 %. Aujourd’hui, un fils de cadre a douze fois plus de chances d’accéder à une grande école qu’un fils d’ouvrier.

  • Une école qui continue à creuser les inégalités : elle parvient de moins en moins à corriger le poids de l’origine sociale sur la réussite scolaire. France Stratégie avance que « le système éducatif semble même contribuer à la reproduction des inégalités ». Pire encore, les inégalités se reproduisent d’une génération à l’autre, comme l’atteste une corrélation entre revenus des parents et revenus des enfants.
  • Une quête sociale ambiguë : l’école française « est sans cesse tiraillée entre devoir d’égalité et ambition d’excellence ». France Stratégie met en avant le fait que les familles de la classe moyenne redoutent que la mixité sociale ne fasse baisser le niveau scolaire et cherchent à en préserver leurs enfants, notamment à travers les questions de sectorisation scolaire.
  • Une école primaire faiblement investie : alors que la France investit plus de 6 % de son PIB dans l’éducation, les dépenses par élève dans le primaire sont de 17 % inférieures à la moyenne de l’OCDE. Or c’est le niveau utile pour agir efficacement notamment en termes de prévention.
  • Une école qui ne fait plus école : ayant du mal à convaincre de sa capacité à garantir réellement à tous l’égalité devant l’instruction et l’éducation, le modèle français ne fait plus recette. Si les parents doutent, les enseignants aussi. L’école ne semble pas prête à répondre à la variété des problèmes qu’elle rencontre ; or c’est bien le nœud du problème… Il y a donc nécessité, pour l’institution, à « se réformer et accepter une plus grande différenciation de ses pratiques éducatives ».

Pour en savoir plus :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum