La suppression du DNB préconisée par le rapport Grosperrin suscite des réactions contrastées

Éducation

Supprimer les épreuves actuelles du diplôme national du brevet au profit d’une évaluation en contrôle continu, c’est ce que plaide Jacques Grosperrin, député UMP, dans un rapport parlementaire sur la mise en œuvre du socle commun des connaissances et des compétences au collège.

Dans ce rapport, la mission parlementaire emmenée par Jacques Grosperrin formule 18 propositions pour faire du socle commun des connaissances et des compétences au collège une réalité.

Il soulève, entre autres, le problème que pose la coexistence du diplôme national du brevet (DNB) et de la validation des acquis du socle. Les syndicats Sgen-CFDT et SNPDEN partagent ce constat. Selon le député, « les épreuves ponctuelles du DNB devraient être simplement réservées aux élèves dont les compétences du socle commun n’auraient pas été validées ou à la valorisation de compétences spécifiques ».

Le rapport parlementaire préconise la suppression des épreuves finales du DNB au profit d’un contrôle continu en troisième. Pascal Vivier, secrétaire national du syndicat d’enseignants SNETAA, réfute cette mesure et considère que le brevet est un diplôme essentiel pour les élèves qui arrêtent leurs études après la troisième.

Lors de l’inauguration d’un séminaire à l’Institut de recherche pédagogique à Lyon, le 1er avril, Luc Chatel a indiqué son opposition à la suppression du DNB. « J’ai indiqué aux parlementaires l’attachement des Français et mon attachement [au brevet], et j’ai indiqué que je souhaite le maintenir », a déclaré le ministre de l’Éducation nationale. Il a toutefois souligné que « cela ne veut pas dire ne pas l’adapter et le faire évoluer ».

Pour en savoir plus :

Téléchargez le document au format pdf Le rapport d’information de Jacques Grosperrin sur la mise en œuvre du socle commun de connaissances et de compétences au collège

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum