Le taux de chômage des 15-29 ans a légèrement baissé en 2010

Emploi

Après la forte hausse amorcée à la mi-2008, le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 29 ans est reparti à la baisse l’an dernier, selon une récente étude du ministère du Travail et de l’Emploi.

L’an dernier, un peu moins de la moitié (47 %) des jeunes âgés de 15 à 29 ans occupaient un emploi et près de 10 % étaient au chômage. Le taux de chômage des 15-29 ans s’établissait ainsi à 17 %, selon le n° 39 de mai 2011 de Dares Analyses, une publication de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques. Il a baissé de 1,1 point au cours de l’année 2010 et leur taux d’emploi a progressé de 0,2 point. « Les variations conjoncturelles du taux de chômage sont plus marquées pour les jeunes que pour l’ensemble de la population active, avec un écart en forte augmentation entre 2000 et 2010 », observe la Dares.

En moyenne, en 2010, 14,9 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans étaient sans emploi et ne suivaient pas de formation, initiale ou continue. Cet indicateur, récemment mis en œuvre au niveau européen, mesure la proportion, parmi les jeunes, des chômeurs ou inactifs ayant terminé leurs études initiales et ne suivant pas une autre formation. Cette part augmente avec l’âge. De fait, elle est plus faible pour les 15-19 ans (7 %) que pour les 20-24 ans (18 %) et les 25-29 ans (19 %).
 

Le taux d’activité des jeunes de 15 à 29 ans

Après une hausse de plus de 2 points du début 2005 à la mi-2009, le taux d’activité des jeunes a légèrement fléchi depuis. Selon les normes du Bureau international du travail (BIT), 56,2 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans étaient actifs en moyenne en 2010.
 

Le taux de chômage des 15-29 ans

Les jeunes étant nombreux à poursuivre leurs études sans travailler, la proportion de jeunes au chômage se révèle très inférieure à leur taux de chômage. L’écart entre ces deux indicateurs est d’autant plus élevé que la population sélectionnée est jeune. En moyenne, en 2010, moins de 5 % des 15-19 ans étaient au chômage, tandis que leur taux de chômage atteignait près de 30 %. Pour les 25-29 ans, les deux indicateurs sont proches (part de chômage de 11 % et taux de chômage de 12 % en 2010).

Après une période de baisse initiée mi-2006, le taux de chômage des jeunes avait nettement augmenté de la mi-2008 à la fin 2009 (+ 4,5 points), sous l’effet de la forte dégradation de la situation économique, rappelle la Dares. Fin 2009, le taux de chômage des 15-29 ans culminait à 17,5 %, soit un niveau jamais atteint depuis 1975. Entre fin 2009 et fin 2010, le taux de chômage des 15-29 ans a baissé de 1,1 point pour s’établir à 16,4 % en fin d’année.

De la mi-2008 à la fin 2009, la hausse du taux de chômage des jeunes avait été plus rapide pour les hommes (+ 5,6 points) que pour les femmes (+ 3,4 points). Le taux de chômage des jeunes hommes avait ainsi dépassé celui des jeunes femmes à partir d’avril 2009. En 2010, le taux de chômage des jeunes femmes a augmenté à un rythme ralenti (+ 0,5 point), tandis que celui des jeunes hommes baissait (- 2,5 points). À partir de mi-2010, le taux de chômage des jeunes femmes est ainsi repassé au-dessus de celui des jeunes hommes.

En 2010, la baisse du taux de chômage a été plus rapide pour les jeunes que pour l’ensemble de la population active (- 1,1 point entre 15 et 29 ans, contre – 0,4 point). De la mi-2008 à la fin 2009, l’augmentation du taux de chômage avait également été plus rapide pour les jeunes que pour l’ensemble de la population active (+ 4,5 points contre + 2,3 points). « En phase d’entrée sur le marché du travail ou ayant une courte expérience professionnelle, les jeunes actifs sont en effet plus sensibles aux fluctuations conjoncturelles que les actifs plus expérimentés, note l’étude. Cette « sur-réaction » du taux de chômage des jeunes à la conjoncture du marché du travail avait déjà été observée par le passé ».

En outre, les jeunes restent moins longtemps au chômage que les adultes de 30 à 49 ans et retrouvent un emploi plus facilement. Ainsi, parmi les jeunes de 15 à 29 ans au chômage en 2010, 32 % l’étaient en moyenne depuis plus d’un an (chômeurs de longue durée), contre 42 % pour les 30-49 ans. À l’opposé, près d’un jeune chômeur sur trois était au chômage depuis moins de 3 mois, contre seulement un chômeur sur cinq entre 30 et 49 ans. Parmi les jeunes de 15 à 29 ans au chômage en 2009, 41 % ont déclaré occuper un emploi un an après en moyenne, soit 7 points de plus que pour les personnes de 30 à 49 ans. L’ancienneté au chômage et le taux de retour à l’emploi des jeunes femmes et des jeunes hommes sont très proches.
 

Le taux d’emploi

On a assisté à une légère progression du taux d’emploi des jeunes en 2010. Entre le premier trimestre 2008 et le troisième trimestre 2009, le taux d’emploi des 15-29 ans avait reculé de 1,2 point, après avoir régulièrement progressé au cours des années 2006 et 2007. Il a ensuite regagné 0,1 point au quatrième trimestre 2009, pour encore progresser de 0,2 point au cours de l’année 2010. Alors que la baisse du taux d’emploi en 2008 et 2009 avait concerné surtout les jeunes hommes, la légère progression enregistrée au cours de l’année 2010 résulte exclusivement de la progression du taux d’emploi des jeunes hommes (+ 1,5 point), précise la Dares. Le taux d’emploi des jeunes femmes s’est, quant à lui, replié de 0,9 point en 2010. « L’évolution du taux d’emploi des jeunes hommes est à rapprocher des très fortes variations enregistrées par l’emploi intérimaire au cours du cycle conjoncturel actuel », explique l’étude.

Parmi les jeunes occupant un emploi, certains sont en situation de sous-emploi. Il s’agit de personnes qui travaillent à temps partiel mais souhaiteraient travailler davantage (temps partiel subi) ou encore de personnes en situation de chômage technique ou partiel. Lorsqu’ils travaillent, les jeunes sont plus souvent en situation de sous-emploi que les plus âgés, constate la Dares. En moyenne annuelle, parmi les jeunes de 15 à 29 ans occupant un emploi, 5,1 % des hommes et 11,5 % des femmes étaient en situation de sous-emploi en 2010, contre respectivement 3,3 % et 8,8 % pour l’ensemble des 15-64 ans.

Comparaison européenne

En 2010, le taux d’emploi des 15-29 ans était inférieur en France de 1,2 point à la moyenne des 27 pays membres de l’Union européenne et de 3,2 points à celle de l’Union à 15. En Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, au Danemark et en Autriche, le taux d’emploi des jeunes se révélait d’au moins dix points supérieur à celui de la France. Quatre pays de l’Union européenne à 15 affichaient un taux d’emploi des jeunes nettement plus faible qu’en France (Espagne, Italie, Belgique et Grèce), tandis que l’Irlande et le Portugal se situaient tout juste en deçà du taux français.

Les 15-24 ans sont en effet assez peu présents sur le marché du travail en France, en raison d’une formation initiale assez longue et d’une faible proportion de jeunes travaillant pendant leurs études (formation en alternance, « petits boulots »…). Le chômage ne contribue pas, en revanche, à expliquer la relative faiblesse du taux d’emploi français des 15-24 ans : la proportion de jeunes au chômage dans cette tranche d’âge est en France de 0,4 point inférieure à la moyenne de l’Union européenne à 15 pays et de 0,1 point inférieure, à celle de l’UE à 27 pays. Compte tenu du faible taux d’activité entre 15 et 24 ans, la position de la France est plus défavorable pour le taux de chômage (supérieur d’environ 2 points en 2010 par rapport à la moyenne européenne à 27 et à 15) que pour la part de chômage dans cette tranche d’âge. Entre 25 et 29 ans, âges où peu de jeunes sont encore en formation initiale, le taux d’emploi français se révèle supérieur de près de 5 points aux moyennes européennes. « Les taux d’activité sont en effet plutôt élevés en France après la fin des études, en particulier pour les femmes, et la proportion de jeunes au chômage n’est que légèrement supérieure aux moyennes européennes, souligne la Dares. Le taux de chômage est, pour sa part, en dessous des moyennes européennes de 0,5 point ».

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum