François Fillon veut combattre le « mal social » de la solitude

Lutte contre les exclusions
Lutte contre les exclusions

François Fillon a officiellement lancé, le 22 décembre, le label de la Grande cause nationale 2011 consacrée à la lutte contre la solitude.

« Comment admettre qu’au cœur de la société, certains aient le sentiment terrifiant de n’exister pour personne ? », a interrogé le Premier ministre, le 22 décembre, en recevant à Matignon les membres du collectif « Pas de solitude dans une France fraternelle ». Grâce à l’attribution du label de Grande cause nationale 2011, ce collectif fédéré par la Société de Saint-Vincent-de-Paul va pouvoir organiser des campagnes de sensibilisation gratuites dans les médias publics.
François Fillon a souligné combien « la solitude est une souffrance » et estimé « nécessaire et juste que le combat mené par [les] 24&nbsassociations contre la solitude soit élevé au rang de Grande cause nationale en 2011 ». En effet, au-delà de la « blessure intime » que la solitude génère, c’est aussi « une maladie pour la société ». « Le combat contre la solitude concerne l’ensemble des acteurs de notre société, au premier rang, l’État », a insisté le Premier ministre, en cette veille de Noël.

Le président national de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, Bruno Dardelet, a annoncé l’organisation, dès janvier 2011, d’une campagne, déclinée tous les mois, autour d’un visage de la solitude : « Nous allons, tous les mois, faire une campagne thématique ciblée sur des publics fragiles : les SDF, les enfants, les mères isolées, les chômeurs, les sortants de prison… Nous mettrons également en avant une action parmi celles que nous pratiquons : la visite à domicile, la rencontre, le soutien scolaire. »
Créée en 1833 par Frédéric Ozanam (1813-1853), la Société de Saint-Vincent-de-Paul a pour mission la visite, l’accueil et le soutien des personnes en difficulté. Elle compte 800 000 bénévoles, répartis dans 145 pays, dont 17 000 en France.

« J’ai estimé nécessaire et juste que le combat mené par vos 24 associations contre la solitude soit élevé au rang de Grande cause nationale en 2011. L’enjeu le méritait », a expliqué le Premier ministre. Tant la solitude est une « blessure » et un « mal social », dont l’ampleur « continue de nous échapper ». La fraternité, c’est « le troisième pilier de notre devise républicaine », a rappelé François Fillon. Une devise qui ne s’impose pas d’elle-même et qui « mérite qu’on la stimule, qu’on la conquière, et qu’on l’encourage ». D’autant que la solitude peut toucher tout le monde : les personnes âgées, les personnes handicapées, les personnes sans emploi, mais aussi les femmes actives et un jeune sur trois parmi les 18-24 ans. C’est ce que révèle un sondage TNS-Sofres-La Croix de mai 2010. « Le terreau de toutes les solitudes, c’est l’indifférence. Il faut la combattre ! », a déclaré François Fillon. À l’approche de la nouvelle année, le Premier ministre a formulé un vœu : « que l’année 2011 voie les hommes et les femmes de notre pays se rejoindre » et « que votre exemple suscite des vocations ».

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum