PORTRAITS
D'ACTEURS PUBLICS

"Découvrez les personnalités
  qui donnent de l'élan à l'action
  publique."

Brigitte Mangeol

Directrice de l’Institut régional d’administration (IRA) de Lille

Brigitte Mangeol, Directrice de l’Institut régional d’administration (IRA) de Lille

Crédit photo : Droits réservés

à propos de

Prénom : Brigitte

Nom : Mangeol

Fonctions : Directrice de l’Institut régional d’administration


Organisme : IRA Lille

« Mon engagement est pour moi la traduction de valeurs profondes de mon éducation républicaine : la solidarité nécessaire entre tous et notamment en direction des moins favorisés, de la part de ceux à qui la vie a offert plus d’opportunités. »

Quelles sont vos fonctions actuelles ?

Brigitte Mangeol : Je suis Directrice de l’Institut régional d’administration (IRA) de Lille.

Quelles ont été les grandes étapes de votre parcours professionnel ?

Brigitte Mangeol : Diplômée en Agronomie (ENSFA de Rennes), j’ai commencé ma carrière comme ingénieur-formatrice dans 4 lycées agricoles (dans la Marne, dans l’Aisne, dans le Loiret puis en Moselle) ; après cela, j’ai été en charge de la formation continue des personnels du ministère de l’Agriculture, d’abord à la direction régionale de l’agriculture en Bourgogne puis en administration centrale. J’ai ensuite mis en place et dirigé la plate-forme d’appui interministérielle à la GRH (PFRH) auprès du préfet de la région Rhône-Alpes avant d’être nommée en juillet 2014 directrice de l’IRA de Lille.

Citez le projet qui vous a le plus marqué et dont vous êtes le plus fier ?

Brigitte Mangeol : La mise en place de la PFRH de Rhône-Alpes au 2e semestre 2009, au moment de la réforme de l’administration territoriale de l'État qui découlait de la révision générale des politiques publiques (RGPP). Face au désarroi de nombreux agents et cadres, suite aux fusions de services et aux premières baisses conséquentes d’effectifs, il fallait expliquer les enjeux de la gestion prévisionnelle des compétences ; il fallait aussi mettre en lumière les préoccupations de Ressources humaines et de management qui, auparavant, étaient trop souvent considérées comme... de l’intendance (qui, donc, étaient censées « suivre »...).

Avez-vous un rêve que vous souhaiteriez concrétiser ?

Brigitte Mangeol : Oui, apporter ma modeste pierre dans l’aide au développement de mon pays de naissance, Madagascar, l’un des pays les plus pauvres du monde. Je souhaiterais notamment appuyer ceux qui, dans la fonction publique locale ou dans des associations, y placent toute leur énergie et leur humanisme.

Comment décririez-vous votre engagement personnel en tant qu’acteur public ?

Brigitte Mangeol : Cet engagement est pour moi la traduction de valeurs profondes de mon éducation républicaine (j’ai grandi à Madagascar qui venait juste d’avoir son indépendance) : la solidarité nécessaire entre tous et notamment en direction des moins favorisés, de la part de ceux à qui la vie a offert plus d’opportunités.

Quelles sont les qualités essentielles inhérentes à vos fonctions ?

Brigitte Mangeol : L’écoute, l’observation, le respect de mes équipes et des jeunes fonctionnaires-stagiaires qu’on me confie, la transparence, la réactivité, l'envie de toujours faire mieux et... l’optimisme.

Quelles sont les rencontres qui vous ont le plus marqué dans votre carrière ?

Brigitte Mangeol : Il y en a eu beaucoup, parce que j’ai toujours appris de tous ceux que j’ai croisés sur ma route professionnelle. S’il faut en citer quelques-uns, dans l’ordre chronologique : Michel Chevrier, mon premier chef d’établissement d’enseignement agricole ; le regretté Raymond Bianchi, vacher sur la ferme du lycée agricole de Château-Salins (Moselle), avec qui je gérais le troupeau laitier ; Michel Barnier, qui était ministre de l’Agriculture quand j’étais en administration centrale ; Jean-François Carenco, qui était préfet de Rhône-Alpes quand j’étais directrice de la PFRH. Mais il y en a bien d’autres !

Quels sont les deux changements les plus importants qui ont impacté votre carrière ?

Brigitte Mangeol : La prise en compte de préoccupations environnementales en agriculture, après le sommet de la Terre à Rio en 1992 et la mise en œuvre des réorganisations de services et des réductions d’effectifs dans la fonction publique de l’État, à partir de 2009-2010.

Tous les portraits

Club des portraits d'acteurs publics

Rejoindre le club des portraits d'acteurs publics ?

Si vous souhaitez proposer votre candidature ou celle d'une personnalité, contactez nous !

Réagissez à cet article sur le forum