Menu actualité

Thématiques

Portraits d'acteurs

Cindy Laborie

Cindy Laborie

Responsable des affaires juridiques de la Fédération nationale des Centres de gestion

« Accompagner l'évolution des textes législatifs et réglementaires nécessite réactivité, rigueur, concentration, curiosité, capacité d'analyse et de stratégie mais aussi capacité à argumenter et à concerter.  »

Quelles sont vos fonctions actuelles et les grandes étapes de votre parcours professionnel ?

Cindy Laborie : Titulaire d'un DESS de contentieux administratif et après une première expérience professionnelle au tribunal administratif de Rouen, j'ai intégré fin 2003 la Fédération nationale des Centres de gestion comme juriste spécialisée en droit de la fonction publique. Depuis six ans, j'exerce les fonctions de responsable des affaires juridiques, toujours au sein de la FNCDG, association qui a suivi l'évolution des centres de gestion et qui œuvre autour de quatre missions principales : la réforme des textes législatifs et réglementaires, la coordination de l'action des CDG, l'information juridique et le conseil sur la mise en œuvre des textes, l'information des élus, des cadres territoriaux et du Grand public sur la fonction publique territoriale et son statut.

Si vous deviez décrire votre métier actuel en 3 mots, quels seraient-ils ?

Cindy Laborie : Représentation, analyse, promotion.

Quelles sont les qualités essentielles inhérentes à vos fonctions ?

Cindy Laborie : Accompagner l'évolution des textes législatifs et réglementaires nécessite réactivité, rigueur, concentration, curiosité, capacité d'analyse et de stratégie mais aussi capacité à argumenter et à concerter. Mes fonctions m'obligent à adapter mon rédactionnel et mon discours aux objectifs recherchés et au public ciblé, et à savoir travailler dans l'urgence, être polyvalente car le conseil juridique n'est pas la seule composante de mon activité qui recouvre également des fonctions importantes de cabinet et de communication institutionnelle.

Qu'est ce qui vous fait lever chaque matin ?

Cindy Laborie : Savoir que la journée sera riche et mouvementée, relever des défis qu'ils soient personnels, professionnels ou politiques et me sentir utile et participer à servir l'intérêt général.

Quel est le projet qui vous a le plus marquée et dont vous êtes la plus fière ?

Cindy Laborie : Travailler à des réformes que ce soit à l'écriture des projets, des amendements, à la définition de la stratégie à adopter pour convaincre et faire adapter la rédaction des textes au plus près des réalités locales mais également à leur explicitation, promotion et mise en œuvre. Par exemple, le processus législatif des lois de déontologie des agents publics ou de transformation de la fonction publique a été un travail de longue haleine qui a permis l'adoption de certains amendements (pas tous malheureusement) veillant à garantir la spécificité de la fonction publique territoriale. La mise en œuvre de ces textes a été aussi une expérience particulièrement enrichissante avec la création de fonctions nouvelles comme le référent déontologue, la médiation préalable obligatoire en collaboration étroite avec le Conseil d'État ou la mise en œuvre de projets visant à moderniser les services tant en réduisant les charges comme la plateforme unique d'inscription aux concours de la fonction publique. D'autres projets ont été marquants comme le lancement et la pérennisation d'études comme le baromètre HoRHizons, qui donne la parole à environ 1 000 collectivités chaque année et qui est aujourd'hui relayé dans la presse même généraliste.

Avez-vous un rêve que vous souhaiteriez concrétiser ?

Cindy Laborie : Que les collectivités disposent de plus de moyens pour exercer des politiques ambitieuses et audacieuses, dans un contexte où nous rencontrons des difficultés croissantes à recruter et à fidéliser. À la FNCDG, nous recevons régulièrement des délégations venues de pays d'Asie, d'Europe de l'Est ou d'Afrique pour découvrir le modèle territorial français. J'aimerais pouvoir aller découvrir les modèles étrangers qui nous sont présentés lors de certains colloques. Pouvoir poursuivre et mener de front encore plus d'activités que ce soit l'écriture, la réalisation de formations auprès des élus, l'enseignement en faculté… À titre personnel, j'aimerais boucler le roman commencé il y a quelque temps déjà et qui fait une part belle au monde des collectivités territoriales.

Quelles sont les rencontres qui vous ont le plus marquée dans votre carrière ?

Cindy Laborie : Ayant pris mes fonctions jeune, chaque rencontre m'a permis de grandir et d'avancer. Les rencontres ont été nombreuses et marquantes que ce soit avec des élus locaux, des parlementaires, des ministres mais aussi avec mes collègues des Centres de gestion, des associations et structures membres de la coordination des employeurs territoriaux. Tout au long de ma carrière, j'ai travaillé en collaboration avec des personnes partageant des valeurs communes et la volonté d'œuvrer dans le sens d'une valorisation et d'un renforcement du service public local. Comment ne pas citer les moments d'échanges avec le fondateur du statut de la fonction publique territoriale, Anicet Le Pors que j'ai eu la chance de côtoyer lors de différents événements.

Quelle est votre citation préférée et pourquoi ?

Cindy Laborie : « Le travail est indispensable au bonheur de l'homme » Alexandre Dumas ; « Plus grand est l'obstacle, plus grande est la gloire de le surmonter » Molière ; « Ô temps, suspens ton vol ! Et vous, heures propices, suspendez votre cours ! Laissez-nous savourer les rapides délices des plus beaux de nos jours » Alphonse de Lamartine. Ces trois citations me représentent le mieux : la recherche constante d'avancer et de persévérer même si des obstacles se présentent, l'épanouissement professionnel, l'impuissance face au temps qui file et la volonté de faire toujours plus et de profiter de la vie.

Quels sont les deux changements les plus importants qui ont impacté votre carrière ?

Cindy Laborie : Les deux changements les plus importants se sont déroulés à la même période, en mars 2020. Tout d'abord, la crise sanitaire qui a nécessité de la part des collectivités territoriales une véritable capacité d'adaptation, dans un contexte jusqu'alors inconnu. Avec mes collègues de la FNCDG et des CDG mais également des autres associations d'élus, nous avons dû analyser un processus législatif et réglementaire continu, en constant renouvellement, tout en essayant de produire au jour le jour des documents les plus sécurisés juridiquement pratiques, pragmatiques et immédiatement appréhendables par toutes les collectivités territoriales. Le caractère inédit de la crise nous a permis de créer de nouveaux outils comme un modèle de plan de continuité de l'activité ou un guide du déconfinement.

Le deuxième événement a été mon élection comme élue locale qui me permet d'appréhender le monde des collectivités territoriales sous un angle plus opérationnel, moins théorique et ma délégation est particulièrement stratégique pour la mise en œuvre du programme de l'équipe municipale, pour préparer le futur de la ville et améliorer le quotidien de ses habitants. Cette fonction me permet de valoriser certaines expériences ou de faire remonter des difficultés de terrain.

 

Propos recueillis par Hugues Perinel

Voir tous les portraits