Le Fonds national de financement de la protection de l’enfance sélectionne 48 projets

Protection de l'enfance

Dans le cadre du premier appel à projets lancé par le Fonds national de financement de la protection de l’enfance, 48 projets vont se partager 6 millions d’euros sur une période de 3 ans.

La Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) a dévoilé, le 27 juin, les lauréats du premier appel à projets organisé par le Fonds national de financement de la protection de l’enfance (FNFPE). Lancée en décembre 2010, l’opération a suscité 468 projets. Rappel : ce fonds a été institué par la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance. Il a une double vocation : accompagner les départements dans l’application de la loi et favoriser les actions entrant dans le cadre de la réforme.

Cet appel à projets visait, plus particulièrement, le deuxième objectif : soutenir les actions expérimentales ou déjà existantes entrant dans le cadre de la loi du 5 mars 2007. Ouvert aux collectivités territoriales, à leurs établissements publics et aux associations, il a privilégié trois axes :
–   La protection des enfants vivant dans la précarité économique ;
–   L’accompagnement des familles ;
–   La prise en charge des publics spécifiques.

Le processus retenu a mis en avant l’avis des partenaires locaux. Ainsi, les porteurs de projets ont adressé leur dossier de candidature au président du conseil général et au préfet de département, qui ont ensuite transmis leur avis au comité de gestion du FNFPE. « La compatibilité avec les politiques locales de protection de l’enfance mises en œuvre par les conseils généraux, chefs de file de la protection de l’enfance selon la loi du 5 mars 2007, est en effet une condition de réussite pour ces projets », indique la DGCS.
Composé de représentants des ministères de la Santé, de la Justice, de l’Intérieur, des Finances et de la Cohésion sociale, ainsi que des élus de département et des représentants de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), le comité a instruit les dossiers en se référant aux trois critères d’éligibilité précisés dans le cahier des charges. A savoir : le respect des thématiques, l’existence d’un dispositif de suivi et d’évaluation du projet et la présence d’un plan de financement. D’autres aspects ont, également, été examinés, comme l’existence de partenariats ou l’association des familles.

Après instruction, le comité de gestion a sélectionné 48 projets, qui seront financés pour une durée de 3 ans (2011-2013), pour un montant global de 6 millions d’euros. Chaque projet est plafonné à 50 000 euros par an et à 50% de son financement total.
« Les projets retenus sont variés et d’une grande richesse, quelle que soit la thématique dans laquelle ils s’inscrivent se félicite la DGCS. Leur qualité montre que les acteurs de la protection de l’enfance se sont appropriés les avancées de la réforme de 2007, comme en témoignent les actions d’accueil mères-enfants en situation de vulnérabilité, de prise en charge d’enfants en difficultés multiples dans des dispositifs alternatifs au placement ou encore d’actions en direction de jeunes majeurs sortant de la protection de l’enfance. »

Pour sa part, la Convention nationale des associations de protection de l’enfant (CNAPE) se réjouit de voir cinq de ses associations adhérentes retenues dans cette sélection. Il s’agit de :
–   L’Association auboise pour la sauvegarde de l’enfance, de l’adolescence et des adultes (AASEAA),
–   L’association ACODEGE, à Dijon,
–   L’Association départementale pour la sauvegarde de l’enfant à l’adulte (ADSEA) de la Manche,
–   L’association Enfance catalane, dans les Pyrénées Orientales,
–   L’Association départementale de la sauvegarde de l’enfant à l’adulte (ADSEA) de la Vienne.

La liste des projets retenus figure sur le site internet du ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale : www.solidarite.gouv.fr

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum