Médicament : « Le bénéfice, c’est pour les patients, les risques, c’est pour les patients »

Santé

Cette déclaration, qui relève du bon sens, émane du Professeur Maraninchi au cours de l’interview télévisée qu’il a accordée à Soir 3 le 22 février. Elle recentre les missions et les responsabilités de l’AFSSAPS sur l’intérêt du patient. Avant de prendre son poste, le nouveau directeur de l’AFSSAPS, chargé de la remise en ordre de l’Agence, tient à nous rappeler cette évidence qui semble avoir été oubliée, notamment dans l’affaire du Mediator, car… « les risques, c’est pour les patients ».

Selon Dominique Maraninchi, cette situation ne peut plus durer. L’implication financière des laboratoires dans l’organisation et la gestion de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé ne peut garantir l’indépendance, la transparence et l’impartialité des décisions sur le médicament. Il souhaite pouvoir auditer les progrès scientifiques afin d’évaluer si les médicaments présentent des bénéfices pour les patients, et cela, grâce à des débats publics et contradictoires.

La nomination à la tête de l’AFSSAPS du Professeur Maraninchi, cancérologue et actuellement responsable de l’Institut national du cancer, présente le grand avantage de n’avoir aucun lien financier avec l’industrie pharmaceutique. Il travaillera en binôme avec un profil plus administratif qui sera nommé prochainement, selon Xavier Bertrand. De plus, le ministre de la Santé a annoncé de profonds changements au sein de l’Agence, avec notamment le départ d’autres membres de sa direction et la nécessité de recruter une nouvelle équipe.

Parallèlement à cette réorganisation, le ministre de la Santé a souhaité engager une vaste concertation sur la refonte du système de sécurité sanitaire des produits de santé, d’où la mise en place des Assises du médicament. Celles-ci ont pour objectif de restaurer la confiance dans le système de sécurité sanitaire des produits de santé et d’élaborer une stratégie nationale de la politique des produits de santé.

Au cours de ces Assises, seront notamment étudiés l’amélioration des conditions d’octroi d’autorisation de mise sur le marché (AMM) et les modalités pour retirer une AMM, l’intégration de la notion d’intérêt thérapeutique pour le patient dans l’AMM, l’amélioration du signalement des effets indésirables, le renforcement de la surveillance active, la mise en place d’une information indépendante et transparente sur les produits de santé auprès des professionnels de santé et du grand public, la prévention des conflits d’intérêts, etc. La remise de ces travaux est prévue pour la fin mai 2011.

Le ministre de la Santé propose des réformes « en profondeur, radicales et très rapides » pour reconstruire le système du médicament afin qu’il y ait « un avant et un après Mediator ».

Pour en savoir plus :

Voir également :

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum