X

Guide pratique de la médecine du travail

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

Guide pratique de la médecine du travail

La référence de la santé au travail pour une prévention et un suivi plus efficace

Nous vous recommandons

Santé et sécurité au travail

Santé et sécurité au travail

Faire une recherche dans cette publication :

Les drogues au travail

I - Une dépendance de notre siècle

Histoire

L'alcool marque le xixe siècle et accompagne la révolution industrielle européenne. L'Assommoir de Zola est un témoignage poignant de son impact dans les populations ouvrières. L'absinthe, la fée verte, est interdite en 1915. Elle est la compagne des Romantiques, notamment de Baudelaire qui, très en avance sur son temps, se familiarise au haschich et à l'opium qui font rêver de paradis exotiques quoique artificiels.

En 1859, le chimiste autrichien Albert Niemann découvre le principe actif de la cocaïne, testé par Freud qui tente sans succès de l'utiliser pour sevrer une morphinomane. Sherlock Holmes, personnage créé par Arthur Conan Doyle en 1887, utilise, pour stimuler son génie policier de la cocaïne à 5 %.

Le xxe siècle perpétue la tradition alcoolique. Le « pinard » et le « casse-patte » forgent le courage et l'agressivité des soldats des tranchées en 1918. Mendès France mène la première escarmouche en supprimant en 1953 le droit à bouillir (distiller) et la loi de 1973 cherche à contrôler l'alcoolisme en entreprise.

La seconde moitié du xxe siècle met à profit les progrès de la chimie :

  • Les panzers allemands étrennent les effets intéressants de la benzédrine (amphétamine découverte en 1928) sur la faim et le sommeil.

  • La synthèse chimique de la morphine est réalisée en 1952. L'héroïne a été découverte, elle, très tôt en 1874, par C.R.A. Wright.

  • Les effets hallucinogènes du LSD dérivé de l'ergot de seigle sont mis en évidence le 16 avril 1953 par le chercheur suisse Albert Hofman.

  • La cocaïne se répand dans le monde progressivement depuis 1930.

  • La Kétamine, anesthésique général, est détourné pour ses propriétés psycho-actives.

  • L'ecstasy, qui a comme principe actif le MDMA, dérivé amphétaminique, est de plus en plus fréquent dans les boîtes de nuit ou les raves, depuis un peu plus de dix ans.

  • Beaucoup de produits « neufs » comme la mCPP (1-3chlorophénylpipérazine) se propagent dans les sociétés occidentales sur le mode festif ; les boîtes de nuit constituent un lieu de prédilection pour toucher la « clientèle ».

Évolution de la consommation dans la société française

L'usage des stupéfiants a touché d'abord une frange très marginale de la population. L'héroïne était...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.

l'essayer, c'est l'adopter

Médecine du travail

La référence de la santé au travail pour une prévention et un suivi plus efficace


Essai 5 jours