Mondial: le président du MRC proteste contre un Mondial « partiellement visible » en France à cause de TF1

Communication

Pour tout comprendre

Communication

Le président du MRC (chevènementiste) Jean-Luc Laurent a protesté mardi 20 mai dans un communiqué contre le fait que la Coupe du monde de football 2014 serait seulement « partiellement visible » en France à cause d’une « décision comptable » de TF1.

« Dans moins d’un mois commence la Coupe du Monde de football qui, pour la première fois, sera partiellement visible par les Français en raison de la décision de TF1 de revendre l’essentiel des matchs du premier tour à BeIn Sports, chaîne à péage, plutôt que les diffuser sur son antenne ou sur une de ses chaines de la TNT », observe ce député du  Val-de-Marne dans un communiqué.

Le « grand public sera privé de l’essentiel des matchs du premier tour, des petits matchs, des équipes sympathiques, celles dont on aime le style de jeu » par « la faute d’une décision comptable de TF1 », critique-t-il. « À l’heure où le groupe TF1 s’active pour rendre LCI visible à tous, TF1 devrait commencer par diffuser la compétition dont elle a acquis les droits », selon M. Laurent.

À ses yeux, il est encore possible de « modifier le décret de 2004 qui, en application de la loi de 1986, fixe la liste des événements sportifs dont la diffusion doit se faire en clair et gratuitement ».

Pour la Coupe du monde de football, seuls le match d’ouverture, les matchs de l’équipe nationale, les demi-finales et les finales sont protégés par ce décret et assurés d’une diffusion large, d’après ce député apparenté socialiste.

Le président du MRC juge que « si TF1 n’entend pas raison, le secrétaire d’État aux Sports doit agir » et attend « une réaction du gouvernement, où les amateurs de football ne manquent pas ».

Et de souligner que « la règlementation actuelle ne protège pas la visibilité de l’Euro 2016 de football organisé par la France, avec de lourds investissements publics, et dont BeIn Sports a directement acquis les droits de diffusion ».

Dans un courrier dans la même veine adressé au secrétaire d’État aux Sports le 16 avril et transmis mardi à la presse, M. Laurent considérait aussi qu’une modification de la législation ne serait pas contraire au droit communautaire européen, sur la base d’arrêts de la Cour de justice européenne.

« La Belgique et le Royaume-Uni ont, en la matière, ouvert la voie ; il est temps que la France suive », concluait-il.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Pour tout comprendre

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum