400 plateformes pour prévenir le décrochage scolaire

Éducation

Selon l’Éducation nationale, 254 000 jeunes de plus de 16 ans scolarisés l’année précédente ont quitté une formation de niveau V ou IV sans avoir obtenu le diplôme sanctionnant cette formation.

A l’occasion d’un déplacement à Châteauroux, dans l’académie d’Orléans-Tours, le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative et sa secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse et de la Vie associative, Luc Chatel et Jeannette Bougrab, ont dressé, le 12 mai, un premier bilan de la situation du décrochage scolaire en France, sur la base du nouveau système interministériel d’échanges d’informations. Ce dispositif a permis la mise en place de 400 plateformes de coordination pour la prévention du décrochage scolaire sur tout le territoire. Objectif : identifier tous les élèves de plus de 16 ans ayant quitté l’école sans diplôme. Au total 180 000 jeunes auxquels il convient d’apporter « une solution adaptée et individualisée. » Ces plateformes mobilisent, sur un territoire donné, les responsables de l’Éducation nationale, de l’enseignement agricole, des centres de formation d’apprentis (CFA), des missions locales, du service public de l’emploi, du réseau d’information jeunesse et des collectivités territoriales.
 
« En temps de crise, à niveau de qualification égal, un jeune a trois fois plus de chance de se retrouver au chômage s’il n’a pas de diplôme. C’est un handicap qu’il traînera à vie. Un gâchis », a plaidé Luc Chatel. Entre juin 2010 et mars 2011, l’Éducation nationale a recensé 254 000 jeunes de plus de 16 ans scolarisés l’année précédente qui ont quitté une formation de niveau V ou IV (niveau BEP, CAP ou supérieur) sans avoir obtenu le diplôme sanctionnant cette formation. 72 000 d’entre eux sont suivis par le réseau des missions locales, mais 180 000 sont « perdus de vue » et sans diplôme.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum