Demi-journée libérée pour consulter les professeurs : maires et parents mécontents

Éducation

L’Association des maires de France (AMF) et la FCPE, première fédération de parents, ont protesté jeudi 25 septembre contre l’annulation d’une demi-journée de classe pour consulter les professeurs sur les programmes de maternelle et le socle commun.

Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé lundi 22 septembre que les professeurs de maternelle seront consultés une demi-journée entre le 22 septembre et le 18 octobre sur le futur programme de maternelle, et les professeurs de l’école élémentaire et du collège sur le projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Dans les écoles et les collèges, les enseignants auront une demi-journée libérée qui variera localement (journée « banalisée ») afin de pouvoir se réunir et discuter des projets du CSP. Durant cette demi-journée, les élèves ne seront pas pris en charge par l’école. Ce serait donc aux communes de décider si elles assurent ou non une prise en charge des élèves durant ce temps. Une autre consultation est prévue plus tard dans l’année sur les programmes scolaires du primaire et du secondaire, ainsi que sur l’enseignement moral et civique.

« Les maires de France ne sont pas les supplétifs de l’Éducation nationale », s’est indignée l’AMF dans un communiqué, soulignant que les maires se sont déjà beaucoup investis dans la réforme des rythmes scolaires. De récents courriers adressés aux maires par les recteurs « leur annonçant qu’ils auraient à prendre en charge les enfants une demi-journée début octobre, et, semble-t-il, trois autres demi-journées plus tard, pendant le temps scolaire afin de permettre aux enseignants de se rendre à des réunions de concertation sur le socle commun suscitent la plus vive indignation chez les maires », ajoute le communiqué.

L’AMF demande solennellement « de revoir le mode d’organisation des concertations », afin « qu’elles se déroulent partout en dehors des heures scolaires des enfants ». « Que les enseignants soient associés à la réflexion, c’est super, mais pas sur le dos des enfants », a réclamé Paul Raoult, président de la FCPE, lors de sa conférence de rentrée. Il a rappelé que la rentrée des élèves et la prérentrée des enseignants ont été décalées d’une journée, estimant que cette journée était due. Sinon, les parents devront se mettre en RTT ou en défaut de garde, ce qui pèsera sur l’économie, prévient-il. La Peep, deuxième fédération, avait aussi regretté que les familles doivent s’organiser pour faire garder les enfants.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum