Elèves et établissements défavorisés: les propositions de l’OCDE

Éducation

Le rapport de l’OCDE, intitulé « Équité et qualité dans l’éducation : comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés », et rendu public le 9 février, propose des solutions pour résorber le phénomène de l’échec scolaire.

La liberté d’inscription

L’OCDE met en garde contre le « marché scolaire », à savoir la pleine liberté, pour les parents, d’inscrire leur enfant dans tel ou tel établissement. Le risque de voir apparaître une « ségrégation des élèves par niveau d’aptitude et/ou origine socio-économique » est important, ce qui ne peut que renforcer les inégalités déjà existantes.

Pour autant, l’OCDE ne rejette pas complètement cette notion de choix. Elle pense ainsi qu’il est possible de concilier la demande des parents et une forme de répartition plus équitable des types d’élèves en poussant, par des mesures financières, les établissements réputés à accueillir un certain nombre d’élèves défavorisés. Autre solution également, mettre en place des « dispositifs de choix d’établissements, assortis de chèques-études ou de crédits d’impôt ». Cette mesure est très critiquée en France, fortement rejetée par les syndicats enseignants et le Comité national d’action laïque.

Le redoublement

L’OCDE propose de le supprimer car il est « coûteux et inefficace ». Cela représenterait en effet près de 10% des dépenses annuelles dans l’enseignement primaire et secondaire, dans des pays comme la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas ou le Portugal. Or, cela aurait peu contribué à améliorer les résultats scolaires. En France, 40% des élèves de 15 ans ont déjà redoublé au moins une fois.

L’orientation précoce

L’OCDE conseille de l’éviter, considérant qu’elle « pénalise les élèves placés dans des filières moins sélectives, sans pour autant améliorer les résultats d’ensemble ».

Le financement

Le rapport recommande une répartition liée aux besoins des élèves. Le secteur de la petite enfance souffre, par exemple, d’un manque d’investissement.

L’enseignement professionnel

Pour l’OCDE, il faut emmener les élèves le plus loin possible dans leurs cursus, notamment dans la voie de l’enseignement professionnel. Pour cela il est nécessaire d’améliorer les formations en alternance.

Les enseignants

L’OCDE suggère d’« attirer, soutenir et retenir des enseignants compétents ». Cette notion de performance est intimement liée, selon l’organisation internationale, à une formation initiale de qualité, et donc spécialisée pour répondre au public particulier que sont les élèves défavorisés. Un effort doit aussi être porté sur les enseignants débutants via des dispositifs de « tutorat », mais aussi l’amélioration des conditions de travail ainsi que des « incitations financières et des perspectives de carrière intéressantes ».

Sur le même sujet :
L’Afev propose un pacte contre l’échec scolaire (article du 16 janvier 2012)
François Hollande au Bourget: priorité au primaire, échec scolaire réduit de moitié (article du 23 janvier 2012)

Pour aller plus loin :
Note sur les questions de redoublement et du passage de classe anticipé
Ouverture d’une école de la seconde chance
Comment réduire les inégalités sociales à l’école ?

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum