L’apprentissage, une panacée ?

Éducation

Le Centre d’études sur les recherches et les qualifications (Céreq), à travers une étude datée du mois de mai mais publiée en juillet 2012, démontre le contraire.

Dans son étude intitulée « Pour une approche circonstanciée de l’apprentissage », le CÉREQ affirme que l’apprentissage « n’est pas le remède automatique au chômage des jeunes ». Il a observé, dans de nombreux pays, que la forte implantation de l’apprentissage n’était pas forcément synonyme d’un taux de chômage faible « juvénile ». Pis, les pays qui s’en sortent le mieux en matière de chômage des jeunes « ne sont pas forcément ceux qui possèdent un système d’apprentissage étoffé ».

État des lieux

L’apprentissage connaît un fort développement depuis le milieu des années 1990 :

  • forte croissance du nombre d’apprentis ;
  • extension de l’apprentissage à des niveaux de formation de plus en plus élevés et à de nouveaux domaines professionnels (autres que ceux traditionnels de l’industrie) ;
  • création de nouveaux dispositifs (ex. : contrat de professionnalisation ouvert aux jeunes et aux adultes).

Or, qu’est-ce que cela a apporté ? Malgré ses efforts, selon Claudine Romani, l’auteure de l’étude du CÉREQ, « les résultats restent mitigés : le décrochage scolaire dans la filière par apprentissage est important. Le taux de rupture des contrats s’y établit encore à des niveaux relativement élevés ».

Quels sont les problèmes rencontrés ?

Tout d’abord, les liens entre le monde éducatif et le monde de l’entreprise sont distendus. Il ne semble toujours pas aisé de mettre en place une « organisation efficace des séquences entre l’école et l’entreprise ». D’après le CÉREQ, ce serait encore plus difficile avec l’université qu’avec le système scolaire.

Ensuite, les entreprises françaises feraient preuve d’un « engagement frileux » dans la formation professionnelle initiale, comparativement à leurs homologues allemandes. Peur d’investir financièrement dans l’éducation ? Pas seulement, selon le CÉREQ.

Enfin, le système d’apprentissage français « souffre de la complexité de son pilotage institutionnel, politique et financier ». En effet, la décentralisation contraint à la coordination tous les offreurs de formation.

Claudine Romani suggère de s’inspirer du modèle allemand sans toutefois chercher à le copier scrupuleusement. S’il faut promouvoir l’alternance – car elle est « sans doute un élément d’amélioration de l’insertion individuelle des jeunes et une voie d’accès à une qualification reconnue » -, la conjoncture économique compte tout autant. Néanmoins, d’autres éléments sont indispensables tels que les stratégies de recrutement des entreprises et le fonctionnement des marchés du travail.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum