Les mouvements pédagogiques dans le collimateur du ministère de l’Éducation nationale

Éducation

Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé, le 2 juillet 2010, que la subvention accordée au CRAP-Cahiers pédagogiques et au GFEN, serait, dès la rentrée de septembre, divisée par deux.

Cette mesure de restriction financière a été décidée par le ministère sans aucune concertation ni même contact préalable avec le CRAP (Cercle de recherche et d’action pédagogiques) et le GFEN (Groupe français d’éducation nouvelle). L’innovation pédagogique serait-elle sacrifiée sur l’autel de l’austérité budgétaire ?

Les syndicats ont réagi vivement tant ces mouvements apparaissent essentiels pour le système éducatif. En effet, le CRAP regroupe, depuis 75 ans, des praticiens de tous les secteurs de l’École dont il diffuse les réflexions à travers les Cahiers pédagogiques, revue internationalement reconnue. Quant au GFEN, il constitue, depuis 1922, un mouvement de recherche et de formation en éducation. « Ces mouvements constituent des références et des points d’appuis pour le travail quotidien de nombreux enseignants », plaide le SE-UNSA, tandis que le SGEN-CFDT insiste sur le travail des « acteurs qui évitent la sclérose au système public d’Éducation ».

Les syndicats exigent de Luc Chatel qu’il annule cette décision.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum