Politique éducative de santé: les nouvelles orientations

Éducation

Le 15 décembre 2011 est parue une circulaire relative aux orientations nationales pour une politique éducative de santé dans les territoires académiques. L’occasion de faire un point sur l’organisation territoriale de la politique de santé.

La politique éducative de santé à l’école contribue à la réussite de tous les élèves. Elle revêt deux aspects : le suivi de santé des élèves et l’éducation à la santé. Cette dernière fait partie intégrante du socle commun de connaissances et de compétences. Elle s’appuie sur les enseignements, les actions éducatives et la vie scolaire. Elle est formalisée dans le projet d’établissement.

La politique éducative de santé doit concerner les différents échelons du système éducatif. Tous les acteurs doivent être mobilisés, chacun à son niveau de responsabilité et de compétence professionnelle.

Les personnels de santé

Ils représentent le « pivot » de ce dispositif et doivent traiter de manière prioritaire les missions d’accompagnement des élèves, en interne à l’établissement, mais aussi en articulation avec les dispositifs extérieurs médicaux (réseaux de soins, secteurs hospitaliers, etc.), de formation de l’équipe pédagogique et de santé (continue et initiale) et de prévention (secteur mutualiste, associations). Dans le cadre des projets régionaux de santé, ils doivent travailler en synergie avec les agences régionales de santé (ARS) avec pour objectif commun de « réduire les inégalités sociales et territoriales de santé ».

Au plan national

Il doit être assuré un suivi et une évaluation de la politique éducative de santé dans les territoires académiques. Des outils sont en cours d’élaboration pour mener à bien ce travail. Un accompagnement doit aussi être prévu. A cette fin, la circulaire ministérielle recense dans son annexe un programme d’actions existantes avec en références des documents d’appui et des ressources numériques pour les acteurs impliqués dans la mise en œuvre de la politique éducative de santé, au plus près du terrain. Enfin, de nouvelles « conventions partenariales » sont en cours avec l’Inpes, la MGEN, la Maif, la Croix rouge, le Planning familial, le Comité national contre le tabagisme.

Au plan académique

Les recteurs doivent, à partir des orientations nationales, décliner leur propre plan académique. Pour le suivre et l’évaluer, des indicateurs particuliers, ajoutés aux nationaux, doivent être mis au point. A cet effet, il y a lieu de tenir compte des données recueillies par les infirmières dans le logiciel Sagesse et par les médecins dans Medsi. Une contractualisation doit s’établir entre les établissements et l’académie.

En savoir plus :
Lire la circulaire 2011-216 du 2 décembre 2011.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum