Programme Eclair: le nouveau mode de recrutement des enseignants est contesté

Éducation

Luc Chatel a confirmé, via une circulaire ministérielle très critiquée, un nouveau mode de recrutement direct des enseignants par les chefs d’établissement, en Eclair. Zoom sur ses tenants et aboutissants.

Les principes contenus dans le texte

Sont concernés les postes d’enseignants, mais aussi les personnels d’éducation, vacants à la rentrée scolaire 2012. En revanche, les postes spécifiques nationaux et les postes tels que préfet des études, professeurs d’appui ou référents « Ambition réussite » restent sous fonctionnement national classique.

Désormais, les chefs d’établissement ont toute latitude pour sélectionner directement, sur postes à profil, les personnels précités, quelle que soit leur académie d’origine. Il appartient ensuite au recteur de les recruter. Pour expliquer cette nouvelle modalité, le texte ministériel précise que cela est dû à « la recherche d’une adhésion au projet d’établissement et d’une adéquation étroite entre le poste et la personne ». Les candidats doivent déposer leur dossier (CV, lettre de motivation, dernier rapport d’inspection) via I-Prof. Ils peuvent formuler trois vœux précis maximum.      

Lors d’une conférence de presse, Luc Chatel a rappelé l’instauration récente d’une indemnité spécifique pour les enseignants, ainsi que les personnels d’éducation exerçant en Eclair. Pour mémoire, elle est constituée d’une part fixe de 1.156 euros (versée mensuellement) et d’une part modulable versée en fin d’année scolaire appréciée par le chef d’établissement dans la limite d’un plafond de 2.400 euros.

Qu’en pensent les principaux syndicats ?

Le Snes-FSU et le SE-Unsa y voient le révélateur d’un certain échec dans la politique conduite par le ministre concernant les établissements Eclair. En effet, ils ne manquent pas de souligner que l’an dernier, de nombreux établissements n’avaient pu trouver d’enseignants : seuls 25% des postes avaient trouvé preneurs par cette voie.
Ils reconnaissent toutefois que Luc Chatel met en exergue des avantages qui ne pourraient pas laisser insensibles les collègues concernés :

  • La part modulable de la prime, non négligeable, et qui repose sur l’appréciation du mérite de l’enseignant ;
  • Le fait que cela peut permettre, pour certains collègues qui n’arrivent pas à être mutés dans l’académie de leur choix, d’y parvenir par ce biais-là.

Cependant, cela ne résoudra en rien, voire aggravera, la couverture des postes dans des académies peu attractives. « Elle pourrait donc permettre de trouver des enseignants dans les académies très demandées, précise le SE-Unsa. Mais que se passera-t-il à Maubeuge ou à Dreux ? » Quant au Sgen-CFDT, il ne rejette pas en bloc les postes à profil, mais doute sincèrement de la réussite de cette nouvelle disposition de recrutement direct.

Sur le même sujet :
Programme Eclair: la dérégulation enclenchée, article du 20 janvier 2012.
 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum