Rapport des IG sur le service public d’orientation

Éducation

Le rapport conjoint de l’Igas, l’IGAENR et l’Igen intitulé « Le service public de l’orientation : état des lieux et perspectives dans le cadre de la prochaine réforme de décentralisation » a été mis en ligne sur le site du ministère de l’Éducation nationale le 3 avril 2013.

Le SPO (service public de l’orientation) est issu de la loi n° 2009-1437 du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie. Selon le rapport, ce service fait état d’un « bilan décevant ».

Les principales critiques formulées

L’action de la DIO (Délégation à l’information et à l’orientation) n’aurait pas réussi à « s’imposer aux différentes administrations traditionnellement compétentes ». Le rapport note ainsi un manque d’appui en termes d’outillage aux services déconcentrés.

Le dispositif dématérialisé « Orientation pour tous » n’a pas eu les effets escomptés : aucune valeur ajoutée pour les usagers et pas de hausse de fréquentation.

La plate-forme téléphonique mise en place est restée trop confidentielle, en regard d’une offre de qualité déjà existante et reconnue de ce point de vue via l’Onisep, complétée d’ailleurs par des plates-formes en région.

La procédure de labellisation laisse à désirer. En effet, elle a été menée « par l’État seul, dans une logique perçue comme injonctive ». Il est ainsi à noter qu’aujourd’hui la labellisation ne concerne qu’un tiers des bassins d’emploi.

Les recommandations de ce rapport

Pour les inspections générales (IG), l’orientation doit continuer à relever des attributions de l’État. Du côté de l’Éducation nationale, il s’agit de redonner la main aux familles dans les choix d’orientation opérés ; ce ne doit plus être un dispositif subi, imposé par l’institution.

Ainsi, il convient de :

  • confier aux régions la responsabilité locale de l’orientation avec le transfert des locaux et du fonctionnement des CIO (qui peut aller jusqu’à celui des directeurs, des personnels administratifs et de documentation de ces centres). En revanche, les IG expriment clairement leur « non-volonté » d’étendre ce transfert aux personnels d’orientation de l’Éducation nationale (les COP) qui doivent rester sous l’autorité de l’État ;
  • créer des GIP regroupant Onisep et CIO ;
  • donner un rôle de coordination aux régions dans la mobilisation des principaux réseaux « non pas dans une logique de concurrence mais de complémentarité et de partenariat ». Un schéma régional de l’orientation tout au long de la vie, cohérent avec les objectifs du CPRDFP devra être élaboré ;
  • prolonger le Conseil national de l’emploi, de l’orientation et de la formation professionnelle (CNEOFP), envisagé par l’État, par la création « d’une structure nationale d’appui comprenant les différents organismes techniques impliqués dans l’orientation scolaire et professionnelle ».

Pour en savoir plus :

Pour aller plus loin :

Livre blanc

Les centres d'information et d'orientation (CIO)

Télécharger le livre blanc

Posté le par

Recommander cet article