Rapport Louis Gallois : quelles propositions concernent l’École ?

Éducation

Le 5 octobre 2012, Louis Gallois, commissaire général à l’investissement, a remis au Premier ministre un rapport intitulé « Pacte pour la compétitivité de l’industrie française ». Il y affirme la nécessité de la priorité à l’éducation.

Reconnaissant l’effort entrepris par les régions concernant l’investissement dans les lycées, le rapport estime pour autant que l’enseignement technique et professionnel ne suscite pas assez l’attention ; ainsi les moyens sont-ils insuffisants et l’image de cette voie, dévalorisée. Selon le document, « cela impacte directement l’attractivité et l’emploi industriels ».

Par ailleurs, le service public de l’orientation est épinglé en ce qu’il ne se base pas assez sur les besoins mais plutôt sur les places disponibles. Enfin, l’insuffisance du dialogue entre le dispositif d’enseignement et l’industrie est pointée.

Les préconisations du rapport ayant trait à l’école sont les suivantes :

  • « systématiser la présence des entreprises dans la gouvernance de l’enseignement technique et professionnel au niveau des établissements (conseils d’administration), des régions (établissement des cartes de formation) et au niveau national » ;
  • encourager « vigoureusement » les accords-cadres de partenariat entre l’Éducation nationale et les fédérations professionnelles ;
  • augmenter le nombre de visites et de stages d’enseignants ainsi que d’élèves à tous niveaux, « actuellement trop peu fréquents ». Selon le document, ils favoriseraient ainsi « une meilleure connaissance de l’entreprise et de son rôle dans la société » ;
  • « les expériences particulièrement riches de structures associant formation initiale et formation continue devraient être multipliées dans les lycées professionnels et techniques ».
  • inclure plus fortement la culture scientifique et technique dans la formation initiale des jeunes pour « les conduire à s’orienter vers les métiers de l’industrie ».

L’Éducation nationale est ainsi appelée à s’investir pleinement pour redonner des couleurs à la compétitivité française. Reste à savoir quelles mesures seront prises et à quel point elles impacteront l’organisation et/ou le contenu de la formation dans les lycées techniques et professionnels.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum