Renforcement du protocole sanitaire dans les établissements scolaires

Éducation

Depuis ce lundi 29 mars 2021, les classes doivent fermer à partir d’un cas positif au Covid-19, tous niveaux scolaires confondus, dans les départements où les mesures sanitaires sont renforcées.

À la suite des annonces faites par le ministre des Solidarités et de la Santé le 25 mars, lors du point hebdomadaire concernant les mesures sanitaires, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports a été contraint d’adapter le protocole sanitaire dans les écoles et les établissements scolaires. De fait, l’évolution du contexte sanitaire conduit à un renforcement des mesures sanitaires au sein de l’espace scolaire. En conséquence :

  • Depuis ce lundi 29 mars, les classes doivent fermer à partir d’un cas positif au Covid-19, tous niveaux scolaires confondus (primaire, collège, lycée), dans l’ensemble des 19 départements concernés par le renforcement des mesures sanitaires. Il s’agit de tous les départements des régions Île-de-France et Hauts-de-France, et des départements de la Seine-Maritime, de l’Eure, des Alpes-Maritimes, de l’Aube, de la Nièvre et du Rhône.
  • Afin de garantir aux élèves une continuité pédagogique, en cas d’absence de leur professeur, considéré comme contact à risque ou positif au Covid, et si les moyens de remplacement habituels sont insuffisants, des moyens exceptionnels sont déployés pour répondre aux besoins.
  • Enfin, d’ici la fin du mois d’avril, la vaccination pourra s’engager pour les professeurs et les personnels, avec en priorité les plus vulnérables et les plus exposés au virus.

L’ensemble de ces mesures prennent effet immédiatement et doivent être suivies avec la plus grande vigilance, au bénéfice de notre jeunesse, a insisté le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, le 26 mars.

Par ailleurs, les protocoles sanitaires déjà en vigueur en milieu scolaire le demeurent. Ceux-ci prévoient :

  • Le port du masque dès l’âge de 6 ans ;
  • L’aération des salles toutes les heures ;
  • La désinfection des locaux ;
  • La limitation des brassages, y compris dans les cantines scolaires ;
  • La pratique encadrée de l’EPS et des activités sportives ;
  • L’organisation des lycées en demi-jauges, avec 50 % maximum des effectifs totaux de l’établissement en présentiel, dans l’ensemble des 19 départements concernés par le renforcement des mesures sanitaires.

Les personnels sont-ils concernés ?

Si un élève est positif, les professeurs ne sont pas considérés comme cas contacts car ils portent leur masque, y compris en maternelle où les enfants, eux, n’en n’ont pas.

« Si la classe ferme, le professeur ne sera pas mis à l’isolement », affirme Sophie Vénétitay, du Snes-FSU, premier syndicat du secondaire.

En revanche, un personnel peut devenir « cas contact » si l’enquête effectuée par l’assurance maladie pour casser la chaîne de contamination indique par exemple qu’il ne l’a pas porté lors d’un déjeuner avec un collègue testé positif.

Pour « préserver la santé et la sécurité des enfants comme des adultes », le Snuipp-FSU (premier syndicat du primaire) a appelé lundi 29 mars dans un communiqué « les équipes à ne plus accueillir les élèves en cas de non-remplacement d’une ou d’un enseignant absent et de demander exceptionnellement aux familles de trouver provisoirement un mode de garde, dans l’attente de la mise à disposition d’un ou d’une remplaçante par l’institution ».

Posté le par

Recommander cet article