Un rapport pointe du doigt l’éducation à la sexualité à l’école

Éducation

La députée UMP Bérengère Poletti a remis le 17 mai un rapport d’information sur la contraception des mineures. Elle y souligne le mauvais fonctionnement de la délivrance de la contraception d’urgence dans les établissements scolaires du 2nd degré.

Visiblement, la volonté de faire baisser le taux de recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG) n’a pas suffi. L’École est critiquée sévèrement par rapport à cet échec. Selon la députée, il faut y voir plusieurs raisons : insuffisance de postes d’infirmières scolaires, législation inadaptée, manque de médicaments dans les infirmeries scolaires, résistances des parents ou des chefs d’établissement. À souligner également, l’enseignement trop technique dispensé par les professeurs de SVT. Selon elle, ces derniers préférant « éviter les questions qui seraient trop liées à la vie intime de leurs élèves ».

Pour en savoir plus :

Consulter le rapport d’information fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes sur la contraception des mineures

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum