Vers l’école du socle commun

Éducation

Une circulaire parue au BO du 1er septembre 2011 invite à construire la scolarité du socle commun, c’est-à-dire la scolarité obligatoire. Elle met le focus sur la liaison entre l’école et le collège, et expose les moyens d’assurer une véritable continuité pédagogique entre ces deux niveaux d’enseignement.

Le ministère de l’Éducation nationale considère que cette liaison entre l’école et le collège est déjà une réalité dans certains endroits, parfois même encadrée institutionnellement dans les inspections d’académie (IA) et les rectorats. Ce qu’il cherche à valoriser, c’est le fait que les enseignants des 1er et 2nd degrés qui sont amenés à travailler ensemble dans ce cadre peuvent s’appuyer « sur des cultures professionnelles différentes mais complémentaires ». Pour autant, il met en avant la nécessaire implication des équipes d’inspection, sur le terrain, pour accompagner les collègues enseignants « dans la mise en œuvre d’une action pédagogique commune ».

Rôle du livret personnel de compétences

Le livret personnel de compétences est un « outil de liaison et de continuité ». 
Au collège, les professeurs doivent continuer de renseigner les items du palier 2 qui n’auraient pas été évalués positivement par le conseil des maîtres à l’école élémentaire et, ensuite, valider le palier 2 du socle commun.


Le repérage des élèves en difficulté


Il est facilité par les évaluations nationales de fin de CM2. Il est proposé à cet égard de construire, pour chaque élève concerné, le dispositif d’aide conjointement entre l’enseignant de CM2 et les professeurs de 6e accueillant l’élève en question. Ce travail de concertation peut s’inscrire dans le cadre des « commissions de liaison », qui sont censées définir les modalités précises d’aide à apporter à l’enfant entre la fin de son CM2 et la fin de son année de 6e.

Que sont les commissions de liaison ?

Co-présidées par l’inspecteur de l’Éducation nationale (IEN) et le principal du collège, ces commissions de liaison assurent la continuité du parcours scolaire des élèves. Elles comprennent les maîtres de CM2 des écoles de secteur du collège, les professeurs principaux des 6e ainsi que les enseignants de français et de mathématiques. Une fois que les programmes d’aide sont définis, la commission de liaison doit « suivre leur mise en œuvre et en évaluer les effets ».

Le recours aux programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE)

Le programme personnalisé de réussite éducative est « l’outil de mise en cohérence des aides apportées à chaque élève ». Importé de l’école élémentaire, le ministère incite les équipes à en faire un prolongement au collège, via un « PPRE-passerelle ». Ce dernier doit être présenté aux parents.

Les stages ou modules de remise à niveau

Ils sont encouragés dans cette circulaire : en été (dans les locaux du collège d’affectation, par exemple), à la rentrée, tout au long de la 6e… Les professeurs des écoles sont même conviés à y participer dans les classes de 6e.

Travailler en équipe

Mieux travailler ensemble suppose de mieux se connaître et ainsi se familiariser avec la pédagogie du niveau d’enseignement dans lequel on n’exerce pas. Pour le ministère, « de tels échanges sont utiles pour que les représentations des uns et des autres fassent place à une connaissance de la réalité des objectifs et des exigences de chaque niveau ».


Texte de référence :

Circulaire n° 2011-126 du 26 août 2011

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum