Aider les parents à être parents

Enfance et famille

Le Centre d’analyse stratégique (CAS) a remis au gouvernement son rapport sur le soutien à la parentalité.

Le Centre d’analyse stratégique (CAS) a remis le 3 septembre, à la ministre déléguée chargée de la Famille, Dominique Bertinotti, son rapport intitulé : « Aider les parents à être parents – Le soutien à la parentalité, une perspective internationale ». « Les services à destination des parents poursuivent trois objectifs à la fois distincts et concomitants : promouvoir le bien-être des enfants, celui des parents et la relation parents/enfant. Peu coordonnés et souvent inexploités, les services de soutien à la parentalité correspondent pourtant à une vraie demande de la part des parents », explique le ministère.

Le rapport propose une double approche, historique et internationale, qui permet, « à la fois, d’éclairer la réflexion française et de mettre en valeur plus de 50 expériences et pratiques prometteuses. » De l’étude de ces actions de soutien, le CAS dégage six grandes catégories de « bonnes pratiques ».
 

1/ Diversifier les objectifs, les services et les modalités d’intervention pour répondre à l’hétérogénéité des besoins et des attentes des parents.

Les interventions peuvent se faire dans un cadre collectif ou individuel, dans des lieux dédiés ou au domicile des parents (Parent Under Pressure, Australie), dans la durée ou de façon ponctuelle. Les actions de formation et de soutien peuvent prendre la forme de cours plus ou moins magistraux ou bien s’appuyer sur des activités de loisirs (My Time, Australie). Elles peuvent utiliser des supports électroniques comme des sites internet (Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants, Canada) ou des vidéos (Video-feedback to Promote Positive Parenting, Pays-Bas)…
 

2/ Articuler une offre généraliste avec une autre destinée à répondre aux besoins spécifiques de certains publics, de façon à couvrir toute la population.

Par exemple, des programmes pour les parents d’adolescents (Surviving Teenagers, États-Unis), pour les pères (Centre for Fathering, Singapour ; Soirées de gars, Canada), pour les parents de différentes origines culturelles (Helping Youth Succeed in Southeast Asian Families, États-Unis), pour les parents qui se séparent, pour les familles monoparentales (Gingerbread, Royaume-Uni)…
 

3/ Développer l’évaluation des actions de soutien à la parentalité pour mettre en évidence leur impact sur les trajectoires scolaires, professionnelles et personnelles.
 

4/ Banaliser le recours à ces services et mélanger les publics grâce à une politique de communication ambitieuse et coordonnée.

Aller au-devant des parents pour mieux les informer sur les services de soutien disponibles : systématiser l’envoi d’informations à certains moments clés de la vie ; développer les guichets uniques, qu’il s’agisse de sites internet ou de centres d’information (Teen Parents Support Programme, Irlande) ; proposer des informations détaillées sur le contenu des programmes, la méthode, les outils, le déroulement des séances…
 

5/ Développer les programmes animés par les parents pour les parents, à l’aide d’une formation et d’un accompagnement spécifiques (Home Instruction for Parent of Preschool Youngsters, Israël).
 

6/ Faciliter l’accès aux services de soutien en les développant dans les lieux déjà fréquentés par les parents (services d’accueil de la petite enfance, établissements scolaires, services de santé, voire lieu de travail).

Par exemple : proposer des programmes sur le lieu de travail (Talking Parents, Healthy Teen, États-Unis), ou accessibles à partir des écoles (Adolescent Transitions Program, États-Unis ; Parent Academy Programs, États-Unis), et regroupant en un même lieu plusieurs services comme des services de garde et de soutien à la parentalité (Toronto First Duty, Canada ; Children’s Centres, Royaume-Uni).

À travers ce rapport, le CAS « montre l’intérêt pour les pouvoirs publics de créer des services à destination de tous les parents (quelle que soit la configuration familiale) et à toutes les étapes du développement de l’enfant. Dans cette perspective, l’attention portée aux conditions facilitant l’accès à ces services se révèle déterminante », souligne le ministère délégué à la Famille.

 

Texte de référence : Aider les parents à être parents : le soutien à la parentalité, une perspective internationale

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum