François Fillon a installé le Haut Conseil de la famille

Enfance et famille

Le Haut Conseil de la famille (HCF) remplace, à la fois, le Haut Conseil de la population et de la famille et la Conférence annuelle de la famille.

« L’installation du Haut Conseil de la famille confirme notre engagement en faveur d’une politique familiale qui est déjà l’une des plus dynamiques d’Europe », a déclaré le Premier ministre, le 5 juin 2009, en réunissant, pour la première fois, les membres de cette nouvelle instance, présidée par Bertrand Fragonard. « Un des premiers axes de réflexion dont le Haut Conseil pourra se saisir, c’est la manière dont il convient de définir et de mesurer l’effort en faveur des familles Cet effort est marqué par une multiplicité d’actions et de chantiers qui ne le rendent pas toujours lisible », a précisé François Fillon. Ainsi, selon le service statistique de la Commission européenne, l’effort total de la nation en faveur de la famille peut être estimé à 55 milliards d’euros, soit 3,4 % du PIB. Mais cette évaluation ne prend en compte ni le quotient familial ni les avantages familiaux de retraite, que l’on retrouve dans d’autres estimations, estime le Premier ministre.

Réforme du congé parental

François Fillon va confier au Haut Conseil de la famille le dossier de la réforme du congé parental. « Il faut tout faire pour que ce congé n’écarte pas de l’emploi les salariées les moins bien formées. Le congé parental ne doit pas être un facteur d’exclusion du marché du travail. Vous aurez à vous pencher sur les différents scénarios possibles. Nous devons mettre les moyens, en créant des modes de garde adaptés et diversifiés, en nombre suffisant, conformément aux attentes des parents », a expliqué le Premier ministre.

Financement de la branche famille

Enfin, il a souhaité que « le Haut Conseil de la famille soit un lieu ouvert de débat entre les différents acteurs de la politique familiale ». Il devra profiter des propositions et des suggestions venant de l’extérieur. Ainsi, le gouvernement a confié au député Yves Bur une mission portant sur le financement de la branche famille et sur les 30 à 40 milliards d’euros de cotisations sociales patronales qui participent à son financement. « Est-il possible d’en remplacer une partie par d’autres prélèvements ? C’est une question que nous nous posons collectivement depuis très longtemps », a commenté François Fillon. Yves Bur devrait remettre ses propositions au cours du mois d’octobre. «nbsp;Je suis persuadé que le Haut Conseil pourra se nourrir utilement de ses réflexions et de ses propositions », a conclu le Premier ministre.

Pour en savoir plus :

Présentation du Haut Conseil de la famille.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum