George Pau-Langevin dévoile le 3 septembre un plan pour les jeunes des Outre-mer

Jeunesse

George Pau-Langevin a annoncé mardi qu’elle présenterait le 3 septembre un plan pour les jeunes d’outre-mer, destiner à lutter contre le décrochage scolaire et à améliorer leur passage de la formation à l’emploi.

« Nous préparons depuis plusieurs mois un plan pour les jeunes, axé sur la lutte contre le décrochage [scolaire] et sur la formation », a déclaré la ministre des Outre-mer lors d’une rencontre avec la presse.

Alors que les chiffres du chômage des jeunes « restent préoccupants » dans les Outre-mer, atteignant jusqu’à 60 %, ce plan déploiera des mesures pour « éviter l’évaporation des jeunes » à toutes les étapes de leur parcours scolaire ou de formation, a-t-elle dit. « On n’a pas assez articulé le passage entre formation et emploi », a reconnu la ministre, qui travaille « avec les élus locaux » sur les moyens « de faciliter l’emploi des jeunes dans les territoires d’outre-mer », qu’ils se soient formés sur place ou qu’ils soient partis se former dans l’Hexagone.

D’autant « qu’aujourd’hui, nous avons des résultats améliorés dans les outre-mer avec des mentions très bien au bac, des élèves brillants » qui pourraient s’insérer dans la vie économique locale, a estimé la ministre, rappelant le cas d’un jeune bachelier de la Réunion, deuxième meilleur au niveau national en série scientifique.

Elle a aussi rappelé que la loi Macron avait créé la possibilité d’introduire une clause de recrutement local dans les marchés publics dans les territoires à fort chômage des jeunes. « C’est important car l’économie ultramarine dépend beaucoup de la commande publique », a-t-elle souligné.

En ces temps de rentrée scolaire (la Polynésie a repris le 17 août, la Réunion le 18, Mayotte et la Nouvelle-Calédonie le 25, les autres territoires reprenant comme la métropole le 1er septembre, à l’exception de Saint-Pierre et Miquelon le 4), Mme Pau-Langevin s’est félicitée qu’elle se soit « bien passée ». Les Outre-mer compte environ 700 000 élèves scolarisés . « Elle a été assez calme, même à Mayotte alors que les enjeux sont terrifiants, tant en nombre d’enfants à scolariser que de nombre de constructions » à réaliser, a souligné la ministre. Dans le 101e département français, 89 500 enfants sont à scolariser soit plus de 40 % de la population de l’île.

En Guyane aussi, « la population scolaire augmente plus vite que les établissements » même si des fonds ont été débloqués dans le cadre du contrat de plan État-région, a noté la ministre.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2015

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum