Parcoursup : plus de deux tiers des vœux pour des filières sélectives

Jeunesse

Les filières sélectives représentent plus de deux tiers des vœux exprimés par les futurs bacheliers et les étudiants en réorientation sur la plateforme Parcoursup, dont les premiers résultats tomberont le 22 mai, a annoncé le gouvernement vendredi 27 avril.

Parcoursup a reçu les souhaits de 810 957 jeunes, lycéens de Terminale ou étudiants en réorientation, qui ont inscrit au total 6,3 millions de vœux (soit 7,7 vœux en moyenne par candidat, pour un nombre maximum autorisé de 10 vœux), selon un communiqué diffusé à l’issue du conseil des ministres.

Les filières sélectives (classes prépa, BTS, DUT, double licences, etc.) représentent 68 % de ces 6,3 millions de vœux. Les 32 % restants se sont portés sur des licences générales.

Contrairement à l’an dernier, les jeunes n’avaient plus l’obligation d’inscrire parmi leurs vœux une licence générale offrant plus de places que le nombre de candidats attendus (les fameuses « pastilles vertes »). Il est donc difficile de comparer les chiffres de cette année avec ceux de 2017.

Mi-avril, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal avait indiqué que les inscriptions en première année commune aux études de santé (Paces) et psychologie avaient progressé de 2 % cette année.

Le nombre de candidats en droit a en revanche reculé de 18 %. Le droit était sans doute la filière universitaire que les candidats choisissaient lorsqu’on leur demandait d’en choisir au moins une, expliquait la ministre.

En filière Staps (métiers du sport), la hausse des demandes se poursuit cette année (+ 17 %).

Le ministère de l’Enseignement supérieur a affecté 13 millions d’euros supplémentaires pour la création de 19 000 places universitaires dans les filières les plus demandées. Quelque 3 000 autres places devraient être créées, en fonction des besoins.

Enfin, les candidatures ont progressé de 15,5 % pour les BTS et de 26 % pour les IUT.

La loi sur les nouvelles modalités d’accès à l’université, dite loi ORE (Orientation et réussite des étudiants), votée le 8 mars, a mobilisé ces dernières semaines une partie des étudiants et des enseignants, qui l’accusent d’introduire la sélection à l’entrée à la fac.

Étudiants et militants ont bloqué des amphithéâtres, des sites universitaires, voire des facultés dans leur totalité. Plusieurs évacuations par les forces de l’ordre ont eu lieu ces derniers jours, les occupants étant moins nombreux en raison des vacances. Les opposants à la réforme ont cependant promis leur retour et prévoient d’empêcher la tenue des partiels qui se dérouleront au mois de mai.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum