Budget 2015 : l’Uniopss pointe le manque de moyens pour le logement et l’hébergement

Logement

Selon l’Uniopss, le projet de loi de finances pour 2015 traduit « le désengagement du gouvernement sur le front du logement et de l’hébergement ».

Pour l’Uniopss, qui réunit les acteurs privés non lucratifs du monde de la solidarité, le projet de loi de finances (PLF) pour 2015, actuellement en cours d’examen au Parlement, « n’est pas en cohérence avec les ambitions » du Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale des personnes les plus vulnérables, lancé voici presque 2 ans par le gouvernement. Le projet de budget 2015 ne prend pas, non plus, en compte « les nécessités identifiées par les associations », déplore l’Union, dans un communiqué daté du lundi 27 octobre. « Ce PLF ne permettra ni de favoriser l’accès au logement pour les plus modestes, ni de mettre fin à la gestion saisonnière », martèle l’Uniopss. En réponse, l’Union réitère ses nombreuses propositions.
 

L’accès au logement

Pour répondre à l’objectif d’accès au logement, l’Uniopss préconise, une nouvelle fois, une série de mesures à prendre d’urgence. À savoir :

– Adopter une loi de programmation pour la période 2015/2019 qui prévoit des objectifs chiffrés de construction de logements locatifs sociaux… et les crédits correspondants.

– Programmer 60 000 PLAI (Prêts locatifs aidés d’intégration) pour les ménages les plus modestes. Les logements PLAI accueillent des ménages disposant de ressources inférieures de 55 à 60 % au plafond de ressources exigé à l’entrée dans un logement social classique. De fait, les loyers PLAI sont les plus bas de ceux qui sont appliqués pour les logements sociaux.

– Programmer 50 000 logements conventionnés privés.

– Augmenter le montant des subventions par logement PLAI.

– Programmer 10 000 logements HLM accompagnés, comme prévu dans le cadre de l’accord État/Union sociale pour l’habitat (USH) de juillet 2013. Cet accord expirera en juillet 2015.

– Réactualiser l’aide personnalisée au logement (APL), supprimer le mois de carence, maintenir l’APL pour les ménages en procédures d’expulsion et désignés prioritaires dans le cadre du droit au logement opposable (DALO).
 

L’hébergement

Pour mettre fin à la gestion saisonnière de l’hébergement, l’Uniopss estime qu’il aurait été nécessaire de promouvoir une autre série de mesures. Au programme :

– Créer 3 000 places d’hébergement supplémentaires, réparties sur le territoire en fonction des constats posés dans le cadre des diagnostics territoriaux.

– Créer 5 000 places en centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA).

– Renforcer les moyens humains et financiers des services intégrés d’accueil et d’orientation (SIAO).

Dans son communiqué du 27 octobre, l’Uniopss « regrette que les arbitrages budgétaires se fassent au détriment des personnes les plus vulnérables ». Selon l’Union, « ces choix illustrent le désengagement du gouvernement sur le front du logement et de l’hébergement ».

 

Petit déjeuner consacré à la Préparation de la loi de finances 2015 et nouvelle donne financière pour les collectivités : comment adapter et piloter sa stratégie ?

Petit déjeuner consacré à la préparation de la loi de finances 2015

Weka vous propose de débattre de ce sujet lors d’un petit déjeuner le 31 octobre à Paris, de 8h30 à 10h en présence de Monsieur Hugues Viennet, Consultant spécialisé en finances locales depuis 1993 et Monsieur Laurent Guyon, Directeur territorial puis Ingénieur en Chef de Classe Exceptionnelle.

 

Inscrivez-vous

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum