L’Insee dresse le « portrait social » de la France (2)

Lutte contre les exclusions

Suite de la présentation de l’édition 2011 de « France, portrait social » de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Vivre à domicile ou en institution

En 2009, un peu plus de 600 000 personnes étaient hébergées en établissements pour adultes handicapés, en établissements psychiatriques ou en établissements pour personnes âgées ou dépendantes. Ces personnes sont en plus mauvaise santé que les personnes du même âge vivant chez elles.

Mais il est probable que leur état de santé ne soit pas le seul facteur qui explique leur hébergement en institution, explique l’Insee : ces personnes ont aussi plus souvent besoin d’aides techniques, qu’il s’agisse de prothèses, d’appareils destinés à faciliter la mobilité, ou d’aides aux soins et traitements, et semblent parfois socialement ou familialement relativement isolées. Entre 60 et 80 ans, chez les hommes notamment, cet isolement semble autant jouer sur le fait de vivre en institution que l’état de santé.
 

Les politiques d’accès à l’emploi en faveur des jeunes

Depuis plus de 30 ans, le taux de chômage des jeunes est supérieur à 15 % et il a régulièrement franchi les 20 %. Face à ce constat, des mesures de politique de l’emploi se sont succédé pour favoriser l’insertion des jeunes dans l’emploi. La palette des interventions recouvre les contrats subventionnés par l’État et autres formes de baisse du coût du travail, spécifiques aux jeunes ou non, les formations en alternance, les parcours individualisés d’accompagnement vers l’emploi. Les dispositifs comportant un fort contenu en formation, ainsi que les formules créant les conditions d’un accompagnement des jeunes au long de leur phase d’insertion dans la vie professionnelle, ont pris une importance croissante depuis le courant des années 1990.

Fin 2010, 24 % des emplois occupés par des jeunes de moins de 26 ans bénéficient d’une aide de l’État, soit 665 000 emplois. À cette même date, 274 000 jeunes peu qualifiés sont accompagnés par les missions locales dans leur recherche d’emploi durable. « Les évaluations de l’effet de ces mesures montrent, généralement, qu’elles ont un impact positif quand leur contenu en formation est suffisamment important et lorsqu’elles permettent d’acquérir une réelle expérience », souligne l’Insee.
 

Les conditions d’habitat des enfants

Le logement dans lequel réside un enfant constitue une des composantes importantes pour son développement. Entre 1992 et 2006, les situations familiales ont évolué. Ainsi, la taille des familles s’est sensiblement réduite et, même si les trois quarts des enfants jusqu’à 18 ans vivent encore avec leurs deux parents, ceux vivant au sein d’une famille monoparentale ou recomposée sont de plus en plus nombreux. Or, les mutations familiales conduisent les familles à changer et adapter leurs lieux de vie.

Les difficultés financières qui touchent plus souvent les familles monoparentales se répercutent sur les conditions de logement des enfants de ces familles : ils ont moins souvent la possibilité d’avoir leur propre chambre et 20 % vivent dans des logements surpeuplés, soit deux fois plus que la moyenne. Les conditions d’habitat des enfants des familles recomposées sont meilleures, mais demeurent un peu moins favorables que celles des enfants qui vivent avec leurs deux parents. Bien sûr, la taille de la famille joue aussi sur l’espace disponible et les enfants des familles très nombreuses sont les plus exposés à des situations de logement difficiles : 30 % vivent dans un logement surpeuplé.

Le document intégral est à télécharger sur : www.insee.fr

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum