Paris : ouverture de cinq restaurants solidaires

Lutte contre les exclusions
Lutte contre les exclusions

La ville de Paris améliore la qualité d’accueil de l’aide alimentaire aux personnes en grande précarité en transformant la distribution de rue qui était assurée le soir devant le Père-Lachaise dans le 20 arrondissement en restauration assise.

Cinq restaurants solidaires du centre d’action sociale de la ville de Paris (CASVP) sont ouverts depuis le 15 septembre 2010. Ils peuvent accueillir le soir jusqu’à 870 personnes en grande précarité sur orientation des services sociaux et des associations. Leur objectif : offrir aux personnes démunies des conditions d’accueil plus confortables et plus dignes en transformant la distribution alimentaire de rue « Cœur de Paris », qui était assurée le soir devant le Père-Lachaise par le CASVP, en restauration assise.

Ces restaurants solidaires sont ouverts les soirs de 17 h 30 à 20 h afin de faciliter l’accès aux familles hébergées à l’hôtel qui ne peuvent cuisiner. Ils sont répartis dans les 5e, 8e, 10e, 14e et 20e arrondissements. Ils proposent un accueil inconditionnel et sont ouverts aux personnes sans papiers. Ils sont tenus par des salariés de la ville, des bénévoles et des membres de la réserve solidaire de la ville de Paris qui participent également à l’accueil les personnes.

Les usagers doivent présenter une carte nominative valable un mois ou un coupon journalier, qui leur sont donnés par les services sociaux parisiens et par une quarantaine de partenaires associatifs, pour accéder aux restaurants.

Selon la municipalité, l’ouverture de ces restaurants tient compte d’une étude sur l’aide alimentaire, menée en 2008-2009 à l’initiative de la ville de Paris et qui a révélé le besoin de développer la restauration assise tout en opérant un rééquilibrage de l’offre sur le territoire parisien, principalement concentrée dans le nord-est.

Tous les ans, Paris consacre plus de 5,5 millions d’euros à l’aide alimentaire et distribue plus de 3 millions de repas aux Parisiens les plus démunis. La collectivité parisienne, qui est le premier financeur public de l’aide alimentaire sur Paris, compense ainsi le manque de financement de l’État.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum