RSA : la FNARS recense les difficultés rencontrées par les allocataires

Lutte contre les exclusions
Lutte contre les exclusions

La Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS) a interrogé les travailleurs sociaux pour identifier les dysfonctionnements liés à la mise en œuvre du revenu de solidarité active (RSA).

Un an après la mise en place du revenu de solidarité active (RSA), la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS) a lancé, entre le 25 juin et le 9 juillet 2010, une enquête en ligne auprès des travailleurs sociaux du secteur associatif « afin d’identifier les dysfonctionnements liés au RSA ». Assistants sociaux, éducateurs, conseillers en économie sociale et familiale (CESF)…, ils accueillent et accompagnent, chacun, entre 10 et 20 personnes en difficulté au sein des centres d’hébergement d’urgence, de réinsertion sociale, des structures de l’insertion par l’activité économique, rapporte la fédération.

L’échantillon des réponses reçues comprend 349 questionnaires (un questionnaire par établissement). Pour s’assurer de sa représentativité par rapport au secteur de l’accueil, hébergement, insertion, la FNARS a tenu compte de deux variables : la répartition géographique des structures (Île‐de‐France ou province) et le type de dispositif porté par la structure.

Voici les principaux résultats de l’enquête, que la FNARS vient de rendre publics :

  • 35 % des travailleurs sociaux ayant répondu à l’enquête constatent, pour les personnes accompagnées bénéficiaires du RSA, la perte de certains droits connexes par rapport au RMI/API (CMU complémentaire, majoration de l’aide personnelle au logement, aides locales en matière de transport, d’accès aux contrats aidés, de dégrèvement de la taxe d’habitation).
  • 56 % des travailleurs sociaux ayant participé à l’enquête déclarent des difficultés d’accompagnement par les référents uniques (ceux de Pôle Emploi notamment), pour les bénéficiaires du RSA relevant d’une obligation d’accompagnement.
  • 28 % des travailleurs sociaux observent même des ruptures d’accompagnement assez fréquentes, voire très fréquentes.
  • 25 % des travailleurs sociaux indiquent que les personnes accompagnées en activité rencontrent des difficultés pour l’ouverture du droit au RSA.
  • 50 % des travailleurs sociaux du secteur associatif de l’accueil, de l’hébergement et de l’insertion ayant répondu au questionnaire n’ont toujours pas été informés des modalités du dispositif local mis en place par leur conseil général.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum