Lancement de la concertation sur le 4e plan autisme

Personnes handicapées

Le gouvernement devrait présenter le 4e plan autisme d’ici la fin de l’année.

Le président de la République a lancé, le 6 juillet à l’Élysée, la concertation préalable à la mise en œuvre du 4e plan autisme.

Objectif : déterminer, pour fin 2017, des mesures pour mieux diagnostiquer et prendre en charge les personnes atteintes de ce trouble neuro-développemental et accompagner les familles.

« L’autisme est une question majeure qu’il nous faut mieux comprendre, mieux diagnostiquer, mieux accompagner », a insisté, lors de cette séance de lancement de la concertation, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel.

Pendant six mois, entre juillet et décembre 2017, des « réunions préparatoires » vont être organisées « dans toute la France », a annoncé Emmanuel Macron, devant un parterre d’une cinquantaine de représentants d’associations et de membres de gouvernement.

Cette concertation doit faire participer les familles et les collectivités territoriales, a précisé le chef de l’État. Celle-ci doit aussi permettre de repérer les actions à mettre en place. À cet effet, cinq groupes de travail vont être constitués, autour des thèmes suivants :

  • La scolarité et la formation professionnelle,
  • L’insertion dans la société et le monde du travail,
  • La recherche,
  • Les familles,
  • L’accompagnement au changement.

Le 3e plan autisme, couvrant la période 2013-2017, était doté de 205 millions d’euros. Dans un rapport d’évaluation de ce plan, l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) ont pointé « des avancées », mais également des lacunes concernant la prise en charge des adultes atteints de ce trouble et l’accompagnement.

Se félicitant de « l’approche transversale » qui va être conduite pendant six mois, le président de la République a mis en exergue deux aspects. Emmanuel Macron demande de « bien articuler le médico-social et le non médico-social », pour assurer un continuum des prises en charge, et « au-delà des enfants, de bien traiter les adultes ».

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum