Tsara, un « serious game » pour mieux comprendre l’autisme

Personnes handicapées

Un « serious game » ou jeu pédagogique, baptisé Tsara, propose d’aider ceux qui partagent la vie d’enfants autistes à trouver les bonnes réponses dans des situations du quotidien problématiques : chez le dentiste, au supermarché, à table ou dans la cour de récré.

Tsara s’adresse aux « aidants » : enseignants, auxiliaires de vie scolaire, parents, amis de la famille, frères et sœurs ou camarades mais « c’est aussi un jeu pour sensibiliser le grand public, diffuser, de façon simple et ludique, les recommandations des experts et changer le regard sur l’autisme », souligne Alexandra Struk, la chef de projet.

Un enfant sur 100 naîtrait avec des troubles de la sphère autistique, qui touchent quatre fois plus les garçons que les filles. Leur perception du monde est différente, avec des difficultés de communication et d’interaction sociale, des crises de colère, des obsessions, des rituels…

Dans ce jeu interactif, le joueur incarne un « aidant » avec pour mission de soutenir Adam, un jeune garçon avec autisme confronté à des situations critiques de la vie en société, en lui apportant les meilleures réponses possibles : « Comment aider Adam à mieux s’intégrer ? » Comme dans un quizz, le joueur a le choix entre plusieurs solutions pour résoudre une crise dans différentes mises en scène : dans les transports en commun, au restaurant, dans un magasin, chez le dentiste ou le médecin, sur un terrain de sport, à l’école…

Bonnes réponses, bonnes réactions et bonnes pratiques rapportent au joueur des points, des étoiles

Les « bonnes réponses » de Tsara ont été élaborées avec un comité d’experts et sont issues des recommandations en matière d’autisme de la Haute Autorité de santé (HAS) et de l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm). Le joueur peut suivre les aventures d’Adam de l’enfance à l’âge adulte.

Tsara a été développé par le Centre régional d’études, d’actions et d’informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité (CREAI) d’Aquitaine avec le soutien de nombreux partenaires, dont la Fondation Orange ou la ville de Bordeaux.

L’application est disponible en français et en anglais à partir d’avril.

L’autisme toucherait quelque 650 000 personnes en France dont 250 000 enfants.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum