L’hôpital performant, nouveau credo des décideurs

Santé

Efficacité et rendement sont devenus, en quelques années, les maîtres-mots des hôpitaux.

Les critères de performance

Longtemps, le classement des hôpitaux s’est fait au regard de la morbidité, de la durée du séjour, du risque infectieux, des maladies nosocomiales ou de la lutte contre la douleur. D’autres critères sont désormais utilisés pour rendre compte de la « performance » d’un hôpital :

  • L’activité, soit le nombre d’actes par an selon la spécialité avec un « volume seuil » retenu comme critère de qualité ;
  • La notoriété ou l’attractivité, à savoir le pourcentage de malades hospitalisés ;
  • La chirurgie ambulatoire, exprimée par la fréquence relative de la chirurgie par rapport aux hospitalisations classiques ;
  • La technicité, qui renvoie à la fréquence d’actes techniques complexes (intervention chirurgicale sous cœlioscopie, robots chirurgicaux, IRM…) ;
  • Le degré de spécialisation avec un focus sur la gynécologie, la chirurgie pédiatrique, la chirurgie de la main, l’ophtalmologie, l’ORL, la chirurgie de la prostate, la chirurgie digestive, la chirurgie vasculaire ;
  • La durée moyenne de séjour : plus elle est faible, plus l’hôpital est jugé « performant » ;
  • Le volume d’évènements indésirables enregistrés, tels que les incidents chirurgicaux, les plaintes des patients ou les dysfonctionnements ;
  • Enfin, les critères financiers d’endettement, d’investissement, de marge d’autofinancement entrent également dans ces indicateurs de « performance ».

Si la pertinence de ces indicateurs est contestée par certains médecins, organisations syndicales et chercheurs, ils s’imposent de plus en plus aux décideurs.

Un séminaire de découverte

C’est pour cette raison que la Fédération hospitalière de France (FHF) et sa filiale SPH Conseil organisent, les 1er et 2 décembre, le 15e séminaire de l’Etude nationale des coûts (ENC) sur le thème de « la performance à l’hôpital ». Selon la plaquette de présentation, ces journées ont pour objectif de « mutualiser les expériences d’utilisation de données médico-économiques à des fins de stratégie ou de gestion au sein des établissements de santé ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum