L’Île-de-France va aider les médecins à s’installer

Santé

Le conseil régional d’Île-de-France a voté jeudi un plan prévention-santé-environnement, prévoyant notamment une aide à l’installation des médecins pour lutter contre la désertification médicale.

« Je souhaite que chaque Francilien ait accès à une offre de qualité de secteur 1 » (tarifs remboursés par la Sécurité sociale, ndlr), a souligné le président de région, Jean-Paul Huchon (PS). « Pour cela, nous lançons un programme ambitieux d’aide à l’installation des médecins et des professionnels de la santé », a-t-il ajouté. Pour Laure Lechatellier, vice-présidente EELV chargée de la santé, la désertification médicale ne touche pas seulement les régions rurales autour de la capitale, en particulier en Seine-et-Marne. Les quartiers difficiles, où les médecins rencontrent des problèmes de sécurité, comme en Seine-Saint-Denis, sont également touchés. « Nous avons retenus 29 territoires déficitaires en population médicale et 21 autres fragilisés », a précisé M. Huchon.

La région participera au financement des travaux et d’équipements des médecins et des professionnels de la santé, comme par exemple les travaux de sécurisation des cabinets, à hauteur maximale de 50 % avec un plafond de 15 000 euros. Pour attirer les jeunes praticiens, elle propose une allocation de 700 euros par mois pendant leurs études pour ceux qui s’engagent à exercer au moins 3 ans dans un territoire déficitaire, avec les tarifs de secteur 1.

Elle triplera aussi son aide aux centres de santé, de 100 000 à 300 000 euros par structure et par an. Elle leur accordera une subvention de 300 000 euros maximum pour leurs dépenses d’équipements et de 50 000 euros en cas d’acquisition d’un véhicule. Par ailleurs, son soutien financier aux dépenses de santé des centres de santé universitaires va atteindre 300 000 euros par an par établissement.

Toujours dans le but d’améliorer les conditions à l’accès aux soins, la région va étendre aux jeunes précaires le dispositif complémentaire santé pour les étudiants boursiers, soit un public visé de 17 000 jeunes.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum