L’INCa : pour une meilleure qualité des traitements en radiothérapie

Santé

En matière de radiothérapie, l’Institut national du cancer (INCa) joue un rôle essentiel. De nombreuses actions ont été menées afin d’améliorer les traitements dispensés.

Le dispositif d’autorisation des établissements de santé

Ce dispositif d’autorisation des établissements de santé s’est progressivement mis en œuvre depuis mars 2007. Il est composé de seuils minima d’activité d’une part et de critères d’agrément spécifiques en radiothérapie d’autre part. Ces derniers ont été élaborés par des groupes d’experts mis en place par l’INCa et regroupaient des professionnels, des représentants des sociétés savantes et institutionnels. Ce sont autant de « critères qualité » que doivent respecter les titulaires d’autorisations, parmi lesquels les centres de radiothérapie. Ils ont permis de mettre en place, au niveau national, les conditions nécessaires à l’amélioration de la qualité et la sécurité de la prise en charge des patients.

Les autres actions spécifiques

Entre 2003 et 2007, la Mission nationale d’expertise et d’audit hospitaliers (MEAH), devenue aujourd’hui l’Agence nationale d’appui à la performance (ANAP), a conduit divers programmes d’amélioration de l’organisation des centres de radiothérapie sur un volet qualité ou sécurité en fonction des besoins et des souhaits qu’ils avaient émis lors du dépôt de leur dossier de candidature. Ce sont ainsi près de 40 centres de radiothérapie qui ont pu bénéficier de ce dispositif.

Par la suite, entre 2008 et 2011, l’INCa a souhaité reprendre cette méthodologie d’accompagnement, et la déployer plus largement, c’est-à-dire à l’échelle nationale.

Les résultats

Concrètement, les modalités de soutien ont été adaptées pour permettre aux centres de radiothérapie de répondre aux obligations futures en matière de mise en place d’un système de management de la qualité ainsi qu’en matière de sécurité. L’INCa a ainsi appuyé plus de 80 centres sur cette période, avec un financement associé de plus de 2,1 milliards d’euros.

Au total, ce sont près de 2 centres de radiothérapie sur 3 qui auront pu bénéficier de cette démarche, portée soit par la MEAH, soit par l’INCa.

Pour aller plus loin :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum