RDV rapides, meilleure organisation : le « plan cancer » de l’AP-HP pour améliorer les soins aux malades

Santé

Garantir des rendez-vous dans des délais rapides, mieux coordonner examens et consultations, augmenter le nombre de malades bénéficiant des innovations thérapeutiques font partie des objectifs du « plan cancer » de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) rendu public lundi.

« Nous avons un seul mot d’ordre : que l’AP-HP réduise tout risque de pertes de chances pour les patients », a expliqué Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, lors de sa présentation à la presse, soulignant l’importance d’avoir une « stratégie forte » dans ce domaine. L’AP-HP, qui regroupe 37 hôpitaux à Paris et en Ile-de-France, traite près de 50 000 patients atteints de cancer chaque année dont 32 000 nouveaux cas. Cette activité représente 40 % de l’activité totale d’Ile-de-France concernant le cancer.

Dévoilé par le Pr Serge Uzan, doyen de la faculté de médecine Pierre et Marie Curie, ce rapport sur la stratégie cancer de l’AP-HP comporte dix engagements destinés avant tout à améliorer la prise en charge des malades. Ces orientations figureront dans le plan stratégique 2015/2019 de l’AP-HP. Concrètement, il s’agit de garantir des rendez-vous dans des délais rapides pour que les patients gardent toutes leurs chances, de coordonner les consultations et les examens d’explorations pour éviter aux malades d’avoir à revenir plusieurs fois à l’hôpital quand l’ensemble de ses examens peuvent être réalisés dans la même journée. L’objectif est que le premier rendez-vous soit obtenu dans les 7 jours et les services qui ne le feront pas n’auront pas le label « Cancer AP-HP », a relevé le Pr Uzan. La reconstruction mammaire sera proposée « sans reste à charge » financier pour la patiente. L’AP-HP veut aussi développer la « préservation de la fertilité » avant traitement et un « carnet de parcours de soins pour que l’on s’engage à ne jamais laisser le patient seul » face aux dédales des services. Autre ambition : augmenter le nombre de malades bénéficiant des innovations diagnostiques et thérapeutiques, en leur permettant d’être intégrés dans des protocoles de recherche clinique. La formation des professionnels (notamment d’infirmières cliniciennes), des patients et des usagers est aussi considérée comme « un levier de l’amélioration du parcours de soins ». L’AP-HP entend par ailleurs assurer son rôle d' »animateur territorial », en renforçant ses relations avec les autres structures de soins.

Ces orientations s’inscrivent dans le cadre du « Plan Cancer 3 » (2014-2019) dévoilé le 4 février dernier par le président de la République qui entend lutter contre les inégalités sanitaires, améliorer l’organisation. Il prévoit aussi des investissements, en particulier pour la mise à jour de l’informatique (dossiers médicaux, etc.) et pour des appareils de radiothérapies. En 2014, l’investissement consacré aux équipements cancer à l’AP-HP est de 17 M d’euros, a noté M. Hirsch.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum