Ressources humaines : relèvement des bas salaires dans la FPH

Santé

HOSPIMEDIA – À l’occasion du conseil des ministres, Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, a présenté ce 4 juillet un décret portant relèvement du minimum de traitement dans la fonction publique et attribution de points d’indice majoré à certains personnels des établissements publics de santé. L’impact pour les employeurs de la Fonction publique hospitalière (FPH) avoisine 119,7 millions d’euros en année pleine.

Précisément, en écho à l’augmentation du Salaire minimum de croissance (SMIC) ce 1er juillet, le minimum de traitement fixé par la grille régissant les rémunérations de la fonction publique est porté à compter de cette date à l’indice majoré 308 (indice brut 244), soit une rémunération mensuelle brute de 1 426,13 euros. Ainsi, un agent percevant ce salaire verra sa paie brute mensuelle s’accroître de 27,78 euros bruts et annuelle de 333,38 euros, est-il précisé dans le compte rendu du conseil.

Par ailleurs, la réévaluation du SMIC impacte également le début de carrière des agents de catégorie C et B par l’octroi de 1 à 6 points d’indice majoré supplémentaires, selon les échelons des corps concernés : + 6 points de l’indice brut 244 à 323 ; + 5 à l’indice 324 ; + 4 de l’indice 325 à 327 ; + 3 aux indices 328 et 329 ; + 2 aux indices 330 et 331 ; + 1 à l’indice 332.

Intervenant ce mercredi dans la matinale de RTL, Marylise Lebranchu a indiqué que les fonctionnaires ne subirait pas « une cure d’austérité » mais « un grand moment de rigueur ». « Les fonctionnaires sont conscients de l’importance de leur fonction et ont envie que leur pays se redresse, donc ils savent que s’ils y participent, ils peuvent générer aussi leur part de croissance », a plaidé la ministre. Et d’évoquer sur la durée deux chantiers principaux : le point d’indice, qualifié de « phare » de la fonction publique, ainsi que l’ensemble des grilles et carrières. En outre, la veille, dans le cadre des Rencontres des acteurs publics, la ministre avait jugé « fondamental » de lancer « un plan national de prévention des risques psychosociaux » au sein des trois fonctions publiques.

T.Q.

Tous droits réservés 2001/2012 – HOSPIMEDIA
Les informations publiées par HOSPIMEDIA sont réservées au seul usage de ses abonnés. Pour toute demande de droits de reproduction et de diffusion, contacter HOSPIMEDIA (copyright@hospimedia.fr). Plus d’information sur le copyright et le droit d’auteur appliqués aux contenus publiés par HOSPIMEDIA dans la rubrique conditions d’utilisation.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum