Santé : le gouvernement table sur la simplification des essais cliniques pour soutenir le secteur

Santé

Le gouvernement français table sur la simplification de la recherche clinique et l’innovation pour donner un nouvel élan à l’industrie de la santé, frappée par la crise, a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Le chef du gouvernement a annoncé le lancement d’une « réflexion interministérielle » à l’automne sur la simplification des procédures de mise à disposition des produits de santé, lors d’un discours à l’occasion du 6e Conseil stratégique des industries de santé (CSIS). « Il faudra notamment veiller à simplifier et accélérer la diffusion des innovations les plus récentes », a indiqué M. Ayrault, qui envisage d’appliquer les premières mesures « d’ici la fin de l’année ».

Le Premier ministre a souligné que « la mise en place d’une convention unique avec les hôpitaux permettra de réduire de plus de 60 % le délai de lancement d’un essai clinique ». Selon la ministre de la Santé, Marisol Touraine, la mise en place du groupe de travail, qui sera placé sous son autorité,  permettra de réduire les « lourdeurs » actuelles et de « simplifier la procédure d’essais cliniques grâce à la signature d’une convention unique ». Selon elle, « il s’agit de poursuivre un objectif d’innovation et de sa mise à disposition pour nos concitoyens, tout en garantissant un très haut niveau de protection », a-t-elle déclaré à la presse, après la signature du contrat de filière Industries et Technologies de santé.

Pour sa part, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a préconisé l’utilisation de « la commande publique en faveur de l’industrie française pour qu’elle aide les secteurs innovants et nous permette de bâtir des filières émergentes, dont la santé ». La fédération de l’industrie pharmaceutique (Leem) a salué « la réelle prise de conscience par le gouvernement des problématiques scientifiques et industrielles de la France en matière de produits et technologies de la santé », tout en appelant à « la cohérence des politiques publiques ». Le syndicat CFE-CGC, qui a signé le contrat de filière, a adressé un « oui, mais… » au gouvernement, rappelant notamment que le secteur cumule les plans sociaux en France, mais crée des emplois « dans les pays émergents ».

L’industrie de la santé représente 300 000 emplois directs et indirects en France pour un chiffre d’affaires annuel de 75 milliards d’euros, selon les chiffres donnés par Matignon.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum