Protection de l'enfance et de l'adolescence

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

Protection de l'enfance et de l'adolescence

Une meilleure coordination des acteurs pour une protection renforcée des mineurs...


Ce guide est la référence commune à tous les acteurs de la protection de l'enfance et l'adolescence. Evolution des pratiques, mise en œuvre de dispositifs innovants, réformes, nouvelles réglementations


 

Nous sommes désolés, mais ce produit n'est plus en vente, si vous êtes intéressé par cette thématique, contactez-nous

Faire une recherche dans cette publication :

Les politiques en faveur de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

Si elle est à différencier des autres courants comme la psychanalyse ou les neurosciences, la pédopsychiatrie ou psychiatrie infanto-juvénile (de l’enfant et de l’adolescent) s’est peu à peu éloignée de la psychiatrie des adultes, s’attachant à particulariser les troubles propres à l’enfant et au mineur délinquant. L’organisation et le fonctionnement du dispositif français de pédopsychiatrie sont ici présentés, reprenant les éléments suivants :

  • les missions des différentes structures de soins : centres médico-psychologiques (CMP), centres d’accueil thérapeutiques à temps partiel (CATTP), hôpital de jour, hospitalisation à temps complet, unités de placement familial thérapeutique (PFT), etc. ;

  • les acteurs de la santé mentale infanto-juvénile : pédopsychiatres, psychologues, éducateurs, psychomotriciens, orthophonistes, assistants sociaux, etc. ;

  • les collaborations avec l’Éducation nationale, les services sociaux, les centres de la Protection maternelle et infantile (PMI), l’aide sociale à l’enfance (ASE), la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) et autres institutions.

Préambule

Nous privilégions le terme de « psychiatrie » au lieu de celui de « santé mentale ». En effet, celui-ci est fréquemment employé pour désigner un champ étendu qui, d’après le plan gouvernemental de 2005-2008, intitulé « psychiatrie et santé mentale » recouvre l’« épanouissement personnel, la détresse psychologique réactionnelle qui correspond aux situations éprouvantes et aux difficultés existentielles, et les troubles psychiatriques » (plan gouvernemental 2005-2008, « Psychiatrie et santé mentale », http://www.sante.gouv.fr/ ). Il souligne la dimension positive et la complétude de la santé, définie par l’Organisation Mondiale de la Santé comme « un état de complet bien-être physique, mental et social » et qui « ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».

Ainsi, le terme de « santé mentale » évacue la dimension de la souffrance qui est inhérente à la condition humaine.

En revanche, le terme « psychiatrie » désigne la « spécialité médicale consacrée à l’étude, au diagnostic et au traitement des maladies mentales »notes...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.