Aider les régions à financer les manuels scolaires des lycéens

Éducation

Le gouvernement pérennise un dispositif facilitant l’achat des manuels scolaires des lycéens par les régions.

Depuis de nombreuses années, des régions assurent aux familles de lycéens la gratuité des manuels scolaires, notamment en procédant elles-mêmes à l’achat d’ouvrages « papier » ou, plus récemment, de licences numériques qu’elles mettent à la disposition des élèves. Avec la réforme des programmes du lycée, du fait du renouvellement de la totalité des manuels de seconde et première, ces dépenses ont pris une importance particulière à la rentrée de septembre 2019. Ce sera également le cas en 2020, avec le renouvellement des manuels de terminale, prévient le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

Pour aider les régions à faire face à ces dépenses, le gouvernement leur avait permis de comptabiliser comme des investissements les acquisitions de manuels qui font suite à des changements de programmes scolaires en 2019. Cette disposition permet aux régions de bénéficier de conditions de financement plus souples. Le gouvernement a décidé de pérenniser ce dispositif à compter de 2020, ont annoncé, le 21 janvier 2020, le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et le ministre de l’Action et des Comptes publics.

« Le gouvernement et les régions peuvent conduire des politiques partenariales de qualité, commente Renaud Muselier, président de Régions de France. Les régions pourront ainsi poursuivre leur politique de soutien aux familles et accompagner les évolutions pédagogiques grâce aux outils numériques ». « En soutenant les régions dans leur engagement pour assurer aux élèves et à leur famille la gratuité des manuels scolaires, le gouvernement poursuit son objectif de donner les mêmes chances à tous », a déclaré Gérald Darmanin. Les directions régionales et départementales des finances publiques ont été informées dès le mois de décembre 2019, afin que les règles soient prises en compte dans la préparation des budgets 2020 des régions, a ajouté le ministre de l’Action et des Comptes publics.

Pour sa part, Jean-Michel Blanquer se réjouit de « cette décision de bon sens, qui accompagne la politique de soutien des régions aux familles dans le cadre de la refonte générale des programmes du baccalauréat ». Le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse reconnaît « leur volontarisme dans la prise en charge des dépenses d’éducation au bénéfice direct de nos élèves ». Enfin cette décision témoigne également de « la priorité accordée par le gouvernement à l’éducation et à la formation des générations futures ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum