Assurer une qualité de l’air optimale dans les salles de classe

Éducation

Le Cerema est partenaire d’un projet européen pour améliorer la qualité de l’air dans les salles de classes.

Pour le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema), la qualité de vie à l’intérieur des bâtiments, en particulier pour les enfants, constitue une priorité. Voilà pourquoi cet établissement public sous tutelle de l’État participe à un projet multi-partenarial européen afin d’assurer une qualité de l’air optimale dans les salles de classe d’établissements français, espagnols et portugais, baptisé « 3SqAir ». Son objectif est de concevoir une stratégie transnationale commune. Ce projet est co-financé à hauteur de 75 % par le fonds européen FEDER, dans le cadre du Programme Interreg Sudoe V.

L’ambition est donc de concevoir un plan d’actions pour améliorer la qualité de l’air intérieur de salles de classes de différents niveaux, en mettant en œuvre des solutions innovantes, soutenables et intelligentes. Ainsi, les actions porteront, à la fois :

  • Sur les aspects techniques, avec le développement d’une plateforme de métrologie open-source qui permet de reproduire cette démarche, avec une mise à jour continue des données et un coût maîtrisé ;
  • Sur le comportement des utilisateurs, avec des approches spécifiques innovantes pour chaque type d’occupant- personnel technique, professeurs, élèves -, à la fois pour mesurer le bien-être individuel en relation avec la qualité de l’air intérieur et pour les sensibiliser aux enjeux de santé et de confort associés (approche pédagogique).

Le Cerema pilotera une expérimentation dans un collège en Gironde, entre septembre 2021 et mars 2023. Le choix du site pilote privilégiera un lieu socialement défavorisé, accueillant jusqu’à 1 000 élèves âgés de 11 à 15 ans. L’étude se concentrera sur les salles de classe, les bureaux, les salles de réunion et les lieux de restauration. « L’objectif est d’atteindre une efficacité énergétique élevée couplée à un faible impact environnemental, en recherchant des installations avec ventilation mécanique double flux et énergies renouvelables, précise le centre d’études et d’expertise.

Posté le par

Recommander cet article