Deuxième chance : le réseau des écoles en développement constant

Éducation

L’Acsé veut augmenter la proportion de jeunes issus des quartiers de la politique de la ville dans les écoles de la deuxième chance (E2C).

En 2012, l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé) vise une extension globale du réseau des écoles de la deuxième chance (E2C) qu’elle finance. Mais surtout, l’Agence ambitionne d’augmenter la proportion de jeunes issus des quartiers de la politique de la ville dans ces écoles. Actuellement, ces derniers représentent seulement un gros tiers (38 %) des effectifs. « Une augmentation sensible est au programme dès cette année », annonce l’Acsé.

En 2011, l’Agence a maintenu sa participation financière (2,1 millions d’euros) au développement du réseau des écoles de la deuxième chance, en finançant l’aide au démarrage de huit nouveaux établissements (ou antennes nouvelles) et en aidant les écoles existantes. Le seuil des 11 400 jeunes accompagnés a ainsi été franchi, se félicite l’Acsé. Il s’agit, pour tous ces jeunes sortis sans qualification du système scolaire et âgés de 16 à 25 ans, de retrouver un emploi ou une formation. « Une pédagogie à l’efficacité avérée, puisque le taux de sortie positive – emploi ou formation qualifiante – y est de 59 % », conclut, avec satisfaction, l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum