Quels sont les bénéficiaires de l’indemnité Éclair en 2012-2013 ?

Éducation

Le bilan de gestion remis aux membres du CTM nous livre de nombreuses informations sur l’année scolaire écoulée. Intéressons-nous ici à la perception de la part modulable de l’indemnité Éclair.

Le programme des écoles, collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite (Éclair) a pour objectifs de « faciliter la réussite de chacun et améliorer le climat scolaire », de « développer l’ambition pour tous » et de « renforcer la stabilité des équipes ». Il prévoit des innovations en matière de pédagogie, de vie scolaire et de ressources humaines à organiser au sein de chaque établissement ou école.

Une indemnité, créée en septembre 2011, est prévue pour « récompenser » des activités, missions ou responsabilités particulières, dans la limite de l’enveloppe déléguée par le recteur d’académie. Elle est allouée aux personnels enseignants et d’éducation qui accomplissent l’intégralité de leurs obligations réglementaires de service (ORS) et qui se voient confier, à titre accessoire, des activités, des missions ou des responsabilités particulières au niveau d’une l’école ou d’un établissement relevant du programme Éclair.

Quelques chiffres

26 956 personnels ont été concernés par cette indemnité. En 2012-2013, 72 % des enseignants ont perçu la part modulable. Le taux de l’indemnité étant plafonné à 2 400 €, en moyenne, les enseignants ont perçu 583 €. Au total, cela représente un coût pour l’État de 15,72 millions d’€.

Les bénéficiaires de l’indemnité Éclair

Le taux moyen des attributions individuelles est de :

  • 505 € dans le premier degré (18 146 bénéficiaires soit 88 % des enseignants des écoles du programme) ;
  • 745 € dans le second degré (8 810 bénéficiaires soit 52 % des personnels enseignants et d’éducation).

Dans le premier degré, il ressort que les fonctions de directeurs d’école ont été « particulièrement valorisées ». Parmi les activités retenues figurent notamment le pilotage de dispositifs innovants, la participation à des projets culturels, la mise en place de l’école du socle commun de connaissances et de compétences, les liaisons inter-degrés, le suivi des élèves en difficulté et les programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE), ou encore les activités de lutte contre l’illettrisme. Dans le second degré, il s’agit des mêmes missions que dans le premier degré auxquelles s’ajoutent les actions de prévention de la délinquance, de lutte contre le décrochage scolaire ou de coordination pédagogique.

81 % de femmes ont bénéficié, dans le premier degré, de la part modulable de cette indemnité pour un montant moyen de 492 € et 19 % d’hommes pour un montant moyen de 544 € (données sur 27 académies). Dans le second degré, 57 % de femmes sont concernées avec un montant moyen de 781 € et 43 % d’hommes avec un montant moyen de 736 € (données sur 25 académies).

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum