Rentrée 2018 : une sénatrice s’inquiète des suppressions de postes dans les écoles rurales

Éducation

Pour la rentrée scolaire 2018, une « attention particulière » est portée aux écoles des territoires ruraux et de montagne, assure le ministère de l’Éducation nationale.

« Les territoires ruraux ne peuvent plus être la variable d’ajustement. Il n’y aura plus aucune fermeture de classes dans les zones rurales », promettait le président de la République le 17 juillet 2017, lors de la première Conférence nationale des territoires. Les travaux en cours sur les cartes scolaires 2018 « ne vont absolument pas dans ce sens », dénonce la sénatrice (Union Centriste) Sylvie Vermeillet. Et la parlementaire de citer en exemple son département du Jura, où les suppressions de postes à l’étude se compteraient par dizaines, pour la plupart en zone rurale. Mi-février, la sénatrice a donc interrogé le ministre de l’Éducation nationale sur les modalités d’élaboration de la carte scolaire et sur les mesures prises « dès cette année » pour respecter l’engagement présidentiel.

La réponse écrite de Jean-Michel Blanquer a été publiée au Journal officiel du Sénat daté du 19 avril 2018. Il rappelle que son ministère a proposé aux élus des départements à contexte rural ou de montagne d’engager une démarche contractuelle pluriannuelle d’améliorations qualitatives de l’offre éducative de proximité dans ces territoires. Celle-ci s’est traduite par la signature de conventions ruralité dans quarante départements. Selon le ministre, depuis la rentrée 2015, 263 emplois ont ainsi été « spécifiquement » consacrés au soutien de ces démarches partenariales.

Si la politique de couverture des territoires ruraux par les conventions « sera bien poursuivie », Jean-Michel Blanquer souhaite renforcer l’action de l’Éducation nationale sur ces territoires, en explorant de nouvelles pistes de réflexion pour les écoles. Exemples :

  • L’intégration de l’école et du collège rural d’une même commune dans un même ensemble immobilier pour favoriser la qualité des parcours des élèves de la maternelle à la 3e et l’innovation pédagogique ;
  • Le développement des classes de CM2-6e expérimentales ;
  • La revitalisation de certains internats, à l’appui de projets d’établissements attractifs et accompagnés…

Pour la rentrée scolaire 2018, une « attention particulière » est portée aux écoles des territoires ruraux et de montagne, « qui bénéficieront de cent postes supplémentaires » dans le cadre des conventions départementales « ruralité » qui seront conclues, annonce le ministre de l’Éducation nationale. Ainsi, une convention-cadre pour le maintien d’une offre scolaire et éducative de qualité dans les territoires ruraux du Jura est en cours de finalisation, précise-t-il.

Source : Question écrite n° 03208 de Mme Sylvie Vermeillet (Jura – UC) du 15 février 2018, réponse du ministère de l’Éducation nationale publiée dans le JO Sénat du 19 avril 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum