Rythmes scolaires : avis de tempête !

Éducation

À la veille d’une journée de mobilisation dans le 1er degré, les textes de mise en œuvre de l’organisation du temps scolaire et des activités pédagogiques complémentaires sont parus au BO du 7 février 2013. (1/2)

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

Enfin, les écoles et les mairies vont pouvoir s’attaquer aux discussions concrètes pour mettre en œuvre la nouvelle semaine scolaire dans le 1er degré pour la rentrée 2013, textes ministériels à l’appui :

Cette dernière circulaire, réclamée par les syndicats qui jugeaient le décret flou et interprétatif, lève effectivement beaucoup d’ambiguïtés mais pas seulement… Elle établit aussi noir sur blanc la procédure à suivre pour élaborer le projet d’organisation de la semaine et coupe court aux rumeurs les plus folles qui ont circulé ces dernières semaines. Sont ainsi définitivement écartées la crainte que les maires aient tout pouvoir de décision et la menace d’une partie du service des enseignants des écoles « territorialisée », à savoir sous l’entière autorité des maires.

Attachons-nous, dans cet article, à en présenter les principes :

Contexte de la réforme des rythmes scolaires

La circulaire rappelle en préambule le contexte de la réforme des rythmes scolaires : l’une des journées scolaires les plus longues du monde, une semaine extrêmement ramassée depuis l’instauration de la semaine à quatre jours par Xavier Darcos en 2008, une année extrêmement resserrée par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE (144 jours contre 187). Vincent Peillon veut ainsi que, conformément à l’article L. 111-1 du Code de l’éducation, « le service public d’éducation (soit) conçu et organisé en fonction des élèves ».

La nouvelle organisation du temps scolaire à l’école primaire a pour objectif de mieux respecter les rythmes d’apprentissage et de repos des enfants grâce à une semaine scolaire plus équilibrée car organisée sur neuf demi-journées et des journées d’enseignement plus allégées. Ainsi, des activités complémentaires (APC) pourront être proposées aux enfants que ce soit dans le cadre de l’aide aux élèves en difficulté ou que ce soit pour de l’accompagnement voire des ateliers liés au projet d’école ou au projet éducatif territorial (dès lors que ce dernier existe, ce qui n’est pas obligatoire).

Toutes les parties concernées doivent être impliquées dans la discussion : les équipes enseignantes, les conseils d’école, les collectivités territoriales. En bout de processus, il appartiendra au Dasen d’arrêter l’organisation du temps scolaire. Il devra veiller à ce qu’une articulation efficace soit bien organisée entre le temps scolaire et périscolaire tant au niveau des horaires que de la « complémentarité entre les différentes activités proposées aux élèves au cours de la journée ». Seront mobilisés l’offre périscolaire, les ressources culturelles et associatives locales ainsi que le réseau des transports scolaires.

Pour aller plus loin :

Livre blanc

Mettre en œuvre une démarche de projet éducatif local ou global

Téléchargez

Mettre en œuvre un projet éducatif local (PEL), c’est impliquer les principaux acteurs éducatifs du territoire : le secteur associatif, les institutions partenaires, les élus, les services de la collectivité locale, les parents et le secteur scolaire. Le projet éducatif caractérise une intention de contribuer à l’éducation des enfants et des jeunes en mobilisant un ensemble d’acteurs qui se reconnaissent comme porteurs de valeurs communes à transmettre et veulent développer des interventions cohérentes et complémentaires.

Téléchargez gratuitement la fiche « Mettre en œuvre une démarche de projet éducatif local ou global » : vous y trouverez les finalités qui caractérisent le PEL, les clés pour engager la démarche et les phases de sa mise en œuvre.

Cet extrait du service documentaire L’action éducative en pratique vous est offert par les Éditions Weka.


Weka formation vous propose une formation adaptée à vos besoins :  

Weka formation

« Adapter votre politique petite enfance, enfance
et jeunesse aux besoins de votre territoire »

Objectifs :


  • Comprendre et analyser le Contrat Enfance et Jeunesse (CEJ) par une meilleure appréhension de l’évolution des politiques publiques dans le domaine de l’enfance
  • Maîtriser les enjeux, la méthodologie et les outils relatifs à la mise en œuvre d’une politique contractuelle territoriale dans le domaine de l’enfance et de la jeunesse
  • Acquérir des repères méthodologiques afin de mieux assurer la relation aux élus
  • Vous positionner comme référent et aider vos élus dans leurs prises de décisions

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum