Rythmes scolaires : bilan d’une première année d’expérimentation

Éducation

Près d’1,3 million d’élèves ont déjà expérimenté les nouveaux rythmes scolaires lors de l’année 2013-2014 et, à la rentrée prochaine, la réforme s’étendra à l’ensemble des écoles du territoire. À quelques semaines de ce nouveau branle-bas de combat, Weka a interrogé des élus et personnels communaux, des enseignants et des parents d’élèves ayant ou non expérimenté cette réforme. Bilan de cette première année.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

Résultats du sondage sur les rythmes scolaires, bilan d'une première année d'expérimentation, Weka

© Copyright Weka www.weka.fr. Pour toute reprise ou diffusion de cette infographie merci de nous contacter à question@weka.fr.

Un bilan globalement négatif

À la question « globalement, diriez-vous que cette première année s’est révélée plutôt négative ou plutôt positive ? », ce sont les professeurs des écoles qui se révèlent les plus mécontents : ils sont 83 % à penser que le bilan de cette année d’expérimentation n’est pas satisfaisante. La moitié des élus et des parents les rejoignent sur ce point, mais, plus troublant, les trois quarts des sondés estiment que cette réforme n’est pas bénéfique pour les enfants.

Activités périscolaires et inégalités

Pourtant, des activités périscolaires très diversifiées et principalement gratuites semblent avoir été proposées aux enfants, depuis le sport jusqu’à l’informatique en passant par les activités manuelles, artistiques ou encore le secourisme et les langues. Malheureusement, toutes les communes ne disposent pas des mêmes moyens pour mettre en place ce type d’activités. Ainsi, 75 % des élus jugent les aides de l’État insuffisantes et 8 personnes interrogées sur 10 estiment que cette réforme creuse les inégalités entre les territoires, et donc entre les écoles.

Des difficultés d’organisation

Des difficultés en termes d’organisation ont également été remontées : les communes ne disposent pas toujours des lieux ou moyens de transport appropriés à l’organisation de ces temps d’activités périscolaires, les parents doivent de leur côté revoir leur organisation familiale et seul un professeur sur deux a eu la chance d’être assisté par un intervenant extérieur lors de ces nouvelles plages horaires. Pour autant, et malgré la publication en mai dernier du décret Hamon permettant notamment des « assouplissements adaptés aux réalités locales », il semblerait que le rythme précédemment mis en place, à savoir la répartition des activités périscolaires sur plusieurs jours, soit conservé dans la plupart des écoles à la rentrée prochaine.

Une rentrée 2014 sous haute-tension

Dans ce contexte, la rentrée scolaire de septembre 2014 ne s’annonce pas comme la plus sereine de toutes : 60 % des parents d’élèves s’avouent stressés, un stress qui prend des allures de révolte pour un quart d’entre eux, tandis qu’un enseignant sur deux appréhende cette nouvelle année et que les communes essaient tant bien que mal de s’y retrouver financièrement.

Quant à nous, nous vous donnons rendez-vous en septembre pour un Dossier spécial consacré aux rythmes scolaires et dans quelques mois pour un nouveau bilan de cette réforme qui n’a, à l’évidence, pas fini de faire parler d’elle !

 

Et vous, comment appréhendez-vous cette nouvelle année scolaire ?

 Réagissez 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum