Les conditions de révocation des maires n’ont pas besoin d’être précisées

Élus

Le Conseil constitutionnel a jugé vendredi que la jurisprudence du Conseil d’Etat sur les conditions dans lesquelles le conseil des ministres peut révoquer un maire suffisait à en garantir la constitutionnalité.

Dans un communiqué, le conseil présidé par Jean-Louis Debré a indiqué que cet ensemble – texte + jurisprudence – ne méconnaissait pas le principe constitutionnel de libre administration des collectivités territoriales. Les juges du Palais-Royal avaient été saisis d’une QPC (Question prioritaire de constitutionnalité) sur une loi de 1831, énoncée à nouveau dans la grande loi municipale de 1984, permettant la suspension d’un maire par arrêté ministériel et sa révocation par décret en conseil des ministres.

Le requérant jugeait que la loi aurait dû préciser les conditions dans lesquelles ces sanctions peuvent être prises. Même les juges constitutionnels ont rappelé qu’une jurisprudence constante du Conseil d’Etat précise qu’elles s’appliquent seulement en cas de manquements graves et répétés aux fonctions de maire.

L’article attaqué a donc été jugé constitutionnel.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum